Nationalité

RD Congo

Formation

Licence de pédagogie appliquée, Institut pédagogique national de l’Université de Kinshasa-Binza, RD Congo

Diplôme d’études supérieures en sciences et techniques de développement, Facultés catholiques de Kinshasa, RD Congo

Licence de gestion des ressources, Institut des sciences du travail, Kinshasa, RD Congo

Langues

Français, anglais, lingala, kikongo, swahili

J’ai grandi dans une famille modeste de Kinshasa, en République démocratique du Congo, et je voulais m’enrôler dans l’armée de mon pays. J’avais beaucoup de respect pour l’esprit de sacrifice et de service des militaires chargés du maintien de la paix. Ensuite, pendant mes études, l’un de mes professeurs nous répétait que nous devions nous préparer à devenir des « citoyens du monde ».

Vingt ans plus tard, en juillet 1999, une mission des Nations Unies a été mise en place dans mon pays pour surveiller l’application de l’Accord de cessez-le-feu de Lusaka signé par la République démocratique du Congo et six États de la région : l’Angola, la Namibie, l’Ouganda, le Rwanda, la Zambie et le Zimbabwe. J’y ai vu l’occasion de concrétiser mon souhait de contribuer au maintien de la paix et de devenir fonctionnaire international.

J’ai travaillé pour la première fois pour l’ONU en 2004. J’ai été engagé en tant que vacataire par la Mission de l’Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) pour accompagner des observateurs militaires chargés de surveiller la situation en matière de sécurité. J’étais guide local et interprète pour les « Casques bleus » et je les ai aidés dans leurs contacts avec les autorités locales de Kinshasa.

Ma carrière a connu un tournant un an plus tard. Je me suis présenté à l’examen du personnel de sécurité de l’ONU et je suis devenu superviseur recruté sur le plan national au Groupe de la gestion des gardes, travaillant en plusieurs endroits et notamment à la Cellule d’information sur la sécurité au siège de la Mission, à Kinshasa. Avec des collègues, nous étions chargés d’assurer la sécurité des employés et des biens de l’ONU et de suivre quotidiennement la situation de sécurité dans la zone de la Mission.

Toutefois, le moment le plus important pour moi a été quand j’ai rejoint l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) en 2006, en tant que fonctionnaire recruté sur le plan international. L’ONUCI avait remplacé l’ancienne MONUC, une mission politique mise en place en mai 2003 pour aider à l’application de l’accord de paix signé par les différentes factions ivoiriennes.

Il m’arrive souvent d’être envoyé comme responsable de la sécurité et de la protection pour accompagner des fonctionnaires de haut niveau et des délégations spéciales de l’ONU qui se rendent dans les territoires tenus par les rebelles. Une journée typique commence par un contrôle des conditions de sécurité et l’envoi de rapports sur la situation à nos supérieurs. Ensuite, j’écoute la radio VHF pour suivre les déplacements des fonctionnaires sur le terrain, je m’occupe des tâches administratives et je reste en contact avec mes collègues pour les tenir informés des questions de sécurité.

Travailler sur le terrain peut s’avérer difficile et stressant, mais c’est aussi très gratifiant. Une fois, j’ai été appelé un dimanche après-midi pour aider la population habitant le secteur de l’aéroport de Bouake, à l’est du pays. Leurs maisons étaient en feu et nous avons dû mobiliser tous nos services pour les évacuer et les mettre à l’abri. À la fin de l’opération, les gens nous ont applaudis et acclamés. Cela reste un moment inoubliable parce que nous nous sommes sentis utiles : nous avions sauvé des vies.

Dernièrement, le Département de la sûreté et de la sécurité, qui se trouve à New York, m’a envoyé deux mois au Pakistan comme spécialiste de la sécurité mobilisable en renfort. L’ONU porte assistance aux personnes déplacées dans la province de la frontière du Nord-Ouest à Peshawar. J’ai été chargé d’aider à la mise en place du Centre local des opérations d’information sur la sécurité pour nous permettre à la fois de suivre les fonctionnaires des Nations Unies sur le terrain et les tenir informés des questions de sécurité.

C’était vraiment passionnant de partager mes connaissances avec des collègues. J’ai trouvé tout aussi passionnant de voir comment les fonctionnaires internationaux, venus de toutes les institutions de l’ONU, cherchent des moyens de s’entraider et essaient de se retrouver pour partager des moments de loisirs dans des environnements aussi stressants.

Voyager et rencontrer des personnes venues du monde entier et ayant des parcours divers est une expérience très enrichissante, et travailler dans un environnement multiculturel est une chance unique. Je dois aussi ajouter que le respect de la diversité, le travail en équipe et la communication sont des valeurs essentielles que j’ai acquises à l’ONU.

Je suis extrêmement fier d’appartenir à la plus grande et plus prestigieuse organisation mondiale. Participer au maintien de la paix dans le monde est l’un de mes plus vieux rêves.

Recherchez-vous un poste dans ce réseau ?
Intitulé emploiNiveauCd appelRéseau professionnelFamille d'emploiDépartement / BureauLieu d'affectationDate limite
CAPITAINE DE SECURITE G-789364Sûreté et sécurité internesSécuritéOffice des Nations Unies à GenèveGENÈVE11/01/2018
SERGEANT G-589527Sûreté et sécurité internesSécuritéCommission économique pour l'Amérique latine et les CaraïbesSANTIAGO09/01/2018
Security Sergeant [Filled from Roster] G-588425Sûreté et sécurité internesSécuritéOffice des Nations Unies à VienneVIENNE05/01/2018
SECURITY LIEUTENANT G-688408Sûreté et sécurité internesSécuritéOffice des Nations Unies à GenèveGENÈVE29/12/2017
FIRE SAFETY OFFICER F-690287Sûreté et sécurité internesSûretéUnited Nations Mission in the Republic of South SudanJUBA29/12/2017
Agent de Protection Rapprochée F-590313Sûreté et sécurité internesSécuritéUnited Nations Mission in the Republic of South SudanJUBA29/12/2017
1234

Recherchez-vous un poste dans d'autres réseaux? 
select
Accueil | Confidentialite | Plan du site | Courriers frauduleux | Contactez-nous
Copyright 2017 United Nations. All rights reserved