Nationalité

Liban

Formation

Master en administration et gestion internationale des ressources humaines, Université Charles Stuart, Australie

Langues

Arabe, anglais

Jeune adulte, quand j’aspirais à l’indépendance, je vivais dans une nation en guerre, ce qui m’a incitée dès mon jeune âge à consacrer ma vie à œuvrer à la paix dans le monde. L’instabilité omniprésente au Liban m’a poussée à entrer dans un organisme qui s’efforçait d’améliorer la stabilité. En 1978, Beyrouth, au cœur de la guerre civile du Liban, était devenue une ville extrêmement dangereuse. Ma mère craignait pour la sécurité de ses enfants et pour sa propre vie. Nous avons fui Beyrouth pour nous réfugier dans le village d’AinEbel, au Sud-Liban. La Force intérimaire des Nations Unies au Liban (UNIFIL) y était en phase de démarrage. Ils avaient grand besoin de personnel connaissant l’anglais. Comme je parlais couramment l’anglais, j’ai été engagée immédiatement et ai débuté en qualité d’assistante aux achats pour l’UNIFIL en novembre 1978.

Je travaillais dans un climat résolument politique, mais face à l’adversité, j’ai toujours été convaincue de travailler pour la bonne Organisation. En avril 1979, je suis allée à Beyrouth, rejoindre ma famille pour les fêtes de Pâques. À cette époque, ma mission, l’UNIFIL, appuyait le déploiement de l’armée libanaise au sud du fleuve Litani, au Liban. De ce fait, la route côtière de Beyrouth vers le Sud était fermée et je n’ai pas pu rejoindre mon lieu d’affectation. Comme Beyrouth, la capitale du Liban, était alors nettement plus sûre, j’ai été transférée au bureau de l’UNIFIL, où j’ai travaillé comme assistante administrative du responsable en charge du bureau.

La situation de sécurité à Beyrouth s’est cependant à nouveau dégradée pour devenir chaotique en 1984. Les étrangers et les expatriés étaient pris pour cibles. L’UNIFIL a donc décidé d’évacuer la totalité de son personnel civil international à Naqoura, une petite ville au Sud-Liban. Comme j’étais la plus ancienne du personnel national, je suis devenue responsable du bureau de l’UNIFIL à Beyrouth. À ce poste, j’ai pu me rendre compte de la façon dont mon dur labeur pouvait affecter l’Organisation et ses objectifs. Je considère un tel degré d’engagement au début du processus de paix dans mon propre pays comme un immense privilège. Mais cela s’est accompagné de défis aussi. Dans les années 1980, il restait encore beaucoup à faire en matière d’autonomisation des femmes au Liban. Au départ, les ressources dont je disposais pour accomplir mes tâches de gestion semblaient très limitées, mais ma détermination et ma persévérance m’ont aidée à réussir, en fin de compte. Notre mission a été un véritable succès en matière de réalisation de nos mandats.

Ma détermination à travailler pour une cause plus vaste, je l’ai emportée dans ma mission actuelle au Kosovo, ainsi que lors des périodes d’affectation à la Mission d’observation des Nations Unies pour l’Iraq et le Koweït, la Mission des Nations Unies pour l’assistance au Rwanda, la Mission des Nations Unies pour le référendum au Sahara occidental, l’Administration transitoire des Nations Unies au Timor oriental, la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan et la Mission des Nations Unies au Libéria. Actuellement, je suis chef du Groupe des marchés au sein de la Mission des Nations Unies au Kosovo (MINUK) Section des achats. Les marchés que nous externalisons sont essentiels pour l’appui efficace et effectif du mandat de notre mission. Je m’assure que les ressources arrivent et correspondent aux exigences, aux réglementations et règles de gestion financière, ainsi qu’aux Manuel des achats des Nations Unies. La réussite de notre mission dépend largement de la façon dont chaque membre du personnel assume le rôle et les responsabilités qui lui sont confiés. Le succès d’une mission a des répercussions positives pour l’ensemble des Nations Unies. Dès lors, mon taux de réussite se répercutera sur toute la mission jusqu’au sommet de la pyramide.

Il est surprenant de penser à la façon dont le fait de grandir dans une zone de conflit a contribué de manière aussi positive à ma carrière. Je suis mieux à même de m’engager dans une société plongée dans les affres du conflit. J’ai l’impression que cela fait de moi un décideur, gestionnaire et humanitaire plus compétent.

Recherchez-vous un poste dans ce réseau ?
Intitulé emploiNiveauCd appelRéseau professionnelFamille d'emploiDépartement / BureauLieu d'affectationDate limite
Chief, Conference Management Unit, P-4 P-490223Gestion et administrationAdministrationCommission économique et sociale pour l'Asie et le PacifiqueBANGKOK28/01/2018
Fonctionnaire des Finances et du Budget P-390062Gestion et administrationGestion financièreHuman Security UnitNEW YORK27/01/2018
Spécialiste de la gestion des programmes (Adjoint de 1re classe) P-289155Gestion et administrationGestion et analyseDépartement des opérations de maintien de la paixNEW YORK27/01/2018
Administrateur de programmes P-488468Gestion et administrationAdministrationDépartement de l'appui aux missionsNEW YORK26/01/2018
Spécialiste des ressources humaines P-388689Gestion et administrationRessources humainesDépartement de l'appui aux missionsNEW YORK21/01/2018
Spécialiste des ressources humaines P-388935Gestion et administrationRessources humainesDépartement de l'appui aux missionsNEW YORK20/01/2018
12345678910...>>

Recherchez-vous un poste dans d'autres réseaux? 
select
Accueil | Confidentialite | Plan du site | Courriers frauduleux | Contactez-nous
Copyright 2017 United Nations. All rights reserved