Nationalité

États-Unis

Formation

Licence en science de l’information et de la communication, Université d’État de Californie, Chico, États-Unis

Langues

Anglais, espagnol, portugais

J’ai été de nombreuses années durant correspondante de presse à l’étranger pour le TIME Magazine en Amérique latine. J’ai débuté en tant que reporter local et chef de bureau au Mexique et en Amérique Centrale en 1981 et ai été nommée Chef de bureau pour toute l’Amérique Latine. J’ai couvert la plupart des bouleversements économiques et politiques de la région, les problèmes financiers et commerciaux, les chocs économiques et la reprise ainsi que les tendances environnementales et culturelles.

La Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes s’est révélée être une source extraordinaire d'informations solides et fiables lorsque je travaillais pour le Time Magazine. Chaque fois que j’étais à Santiago, je me rendais toujours à la CEPALC pour prendre le pouls des tendances actuelles. Où que j’aille, j'avais des copies des publications phares de la Commission avec moi. Elles étaient tout le temps froissées car mes collègues me demandaient s'ils pouvaient les emprunter.

Après 15 ans dans la région, j’ai eu le sentiment d’avoir fait le tour de la question en tant que correspondante. À mes yeux, la Commission avait un riche passé historique. N’avait-elle pas contribué à mettre la région sur la voie du développement ? Compte tenu de l’évolution de la dynamique économique et politique, j’ai pressenti que son rôle allait changer et j'ai souhaité contribuer à cette évolution.

Qu’il s’agisse des membres du personnel des Nations Unies ou des journalistes, nous avons ceci en commun : nous sommes témoins des problèmes sur le terrain. Nous avons le loisir de couvrir l’événement ou d'y réagir - j'ai souhaité mettre mon expertise à contribution pour aider à résoudre les problèmes que je couvrais.

Passer de correspondante à l’étranger à fonctionnaire internationale n’a pas été simple. Mon passé de journaliste m’a été très utile. Je n’ai pas eu peur de poser des questions et de faire preuve de persévérance pour en savoir davantage sur le travail de la Commission. Ce qui a facilité ma transition, ce sont les nombreuses personnes chaleureuses et sympathiques qui m’ont véritablement soutenue tout au long de ces années. C'est pour eux que je reste.

En tant que secrétaire de la Commission, je suis actuellement l’un des principaux conseillers du Secrétaire exécutif de la CEPALC pour les questions politiques, diplomatiques et juridiques. Nous promouvons la coopération et la coopération sous-régionales.

Mon calendrier est en général rempli d’activités liées aux 160 réunions que la CEPALC organise annuellement sur des questions économiques et sociales. Chaque jour est différent et j'aime cela. Je peux être amenée à diriger une conférence, représenter le Secrétaire général ou faire partie de l'équipe du Secrétariat dans le cadre de l’accueil d'un Chef d'État ou d’éminents universitaires voire de responsables d'autres bureaux des Nations Unies. Je reste par ailleurs en contact étroit avec les 44 États Membres de la Commission, ainsi qu'avec les organisations intergouvernementales et non gouvernementales.

Le travail que nous effectuons à la Division des documents et publications, que je dirigeais avant d’occuper mon poste actuel, est exceptionnel au sein du système des Nations Unies. Cette division produit et publie plus de 100 publications importantes par an, en recourant aux nouvelles technologies, ce qui améliore notre qualité de travail.

Au sein de la Commission, j’ai d’abord été Chef des services d'information. Ce poste s’est avéré une opportunité extraordinaire d’aider la Commission à communiquer plus efficacement avec nos constituants. Ancienne journaliste, je savais ce que les médias attendaient et le leur fournissais avant même qu'ils ne le demandent.

Si les Nations Unies vous engagent pour certaines de vos de vos compétences, servez-vous de vos connaissances et de votre dynamisme. Et trouvez la manière d’en faire bon usage au sein du système. Il nous appartient de réparer les torts causés, d'aider ceux qui ne peuvent subvenir à leurs besoins et d'encourager ceux qui sont en mesure de le faire en leur proposant des exemples de bonnes pratiques.

Je suis inspirée par ceux qui surmontent l’adversité et qui en font tant avec si peu tout en restant positifs.

La seule chose que j’aurais aimé faire et espère encore faire, c’est travailler pour une mission de maintien de la paix. Notre travail dans le domaine du développement consiste à créer une fondation pour la paix. En tant que membres ou membres potentiels du personnel, nous ne devons pas perdre cela de vue.

Recherchez-vous un poste dans ce réseau ?
Intitulé emploiNiveauCd appelRéseau professionnelFamille d'emploiDépartement / BureauLieu d'affectationDate limite
Chief, Conference Management Unit, P-4 P-490223Gestion et administrationAdministrationCommission économique et sociale pour l'Asie et le PacifiqueBANGKOK28/01/2018
Fonctionnaire des Finances et du Budget P-390062Gestion et administrationGestion financièreHuman Security UnitNEW YORK27/01/2018
Spécialiste de la gestion des programmes (Adjoint de 1re classe) P-289155Gestion et administrationGestion et analyseDépartement des opérations de maintien de la paixNEW YORK27/01/2018
Administrateur de programmes P-488468Gestion et administrationAdministrationDépartement de l'appui aux missionsNEW YORK26/01/2018
Spécialiste des ressources humaines P-388689Gestion et administrationRessources humainesDépartement de l'appui aux missionsNEW YORK21/01/2018
Spécialiste des ressources humaines P-388935Gestion et administrationRessources humainesDépartement de l'appui aux missionsNEW YORK20/01/2018
12345678910...>>

Recherchez-vous un poste dans d'autres réseaux? 
select
Accueil | Confidentialite | Plan du site | Courriers frauduleux | Contactez-nous
Copyright 2017 United Nations. All rights reserved