Nationalité

Cameroun

Formation

Doctorat en droit (Juris Doctor), William Mitchell College of Law, St. Paul, Minnesota, États-Unis

Doctorat en sciences politiques, Université de Montréal, Québec, Canada

Master en traduction, Université de Montréal, Québec, Canada

Licence en langues modernes, Université de Keele, Staffordshire, Royaume-Uni

Langues

Anglais, français, russe, dialectes d’Afrique occidentale (bakweri, bimbia)

Les Nations Unies sont le seul endroit où je peux mettre mes compétences de traducteur, de spécialiste des sciences politiques et d’avocat en droit international au service de l’humanité. Depuis 2005, je travaille en Tanzanie pour le Tribunal pénal international pour le Rwanda, créé par le Conseil de sécurité après le génocide de 1994. Son objectif est de traduire en justice les responsables du génocide et autres violations du droit humanitaire et de contribuer à la réconciliation nationale. Pour moi, le Tribunal travaille dans l’intérêt de toute l’humanité.

Par coïncidence, ma première expérience aux Nations Unies date du génocide au Rwanda : dans le cadre de mes recherches pour la rédaction de ma thèse, j’ai passé une année à New York en tant que Secrétaire politique de l’Organisation de l’unité africaine, rebaptisée Union africaine. J’ai coordonné les activités diplomatiques de 53 ambassadeurs africains et des Nations Unies et j’ai participé à des réunions de haut niveau.

Après l’obtention de mon doctorat, j’ai travaillé comme traducteur indépendant, professeur assistant en sciences politiques et relations internationales et avocat dans un cabinet juridique. Mais, mon objectif était de retravailler aux Nations Unies. J’étais motivé par les idéaux garantis par la Charte de l’Organisation et le désir de changer le monde. Je peux y contribuer en travaillant au TPIR.

Le Tribunal se compose de trois organes : la Chambre de première instance et la Chambre d’appel, composées de juges ; le Cabinet du Procureur, chargé d’instruire et de traduire en justice les personnes suspectées d’avoir participé au génocide ; et le Greffe, chargé de fournir l’appui judiciaire et administratif aux Chambres et au Procureur. La mission du Tribunal doit se terminer d’ici la fin de l’année 2012, à moins que des prolongements ne soient nécessaires.

J’ai commencé comme juriste adjoint à la Section de l’appui aux Chambres. Je travaillais souvent dans la salle d’audience, au plus près des témoins venus décrire sous serment les horreurs qu’ils ont subies ou fait subir. Je n’ai jamais pu m’habituer à ces témoignages troublants mais j’ai dû contenir mes émotions et envisager la question dans son ensemble : ces crimes ne peuvent rester impunis et nous devons encourager les gens à parler d’eux afin de connaître la vérité et en tirer les leçons qui s’imposent. De nombreux suspects sont de hauts fonctionnaires. En les traduisant en justice, nous rappelons aux autres dirigeants mondiaux qu’ils devront également répondre de leurs actes s’ils encouragent ces types d’agissement.

J’ai ensuite géré le Programme d’aide juridique de la Section chargée de la liaison avec les avocats de la défense et des détentions du Greffe, qui doit s’assurer que les personnes suspectes et accusées bénéficient d’une représentation judiciaire appropriée. La présomption d’innocence est essentielle pour l’intégrité du procès et il est nécessaire que chaque personne suspectée ou accusée dispose du temps et des moyens nécessaires pour préparer sa défense. Ce n’est qu’à ces conditions que la communauté internationale pourra dire que justice a été faite.

Aujourd’hui, je suis juriste à la Section de l’appui aux Chambres. Je suis notamment chargé de coordonner le travail de rédaction des décisions et autres documents judiciaires d’une équipe de juristes et de chercheurs. Je conseille également les juges, j’effectue des recherches sur des questions légales majeures, telles que les violations des Conventions de Genève, la complicité de génocide.

Il est difficile de connaitre la vérité sur les faits qui se sont déroulés au Rwanda, mais j’aime les défis intellectuels. Chaque soir, j’ai hâte d’être au lendemain pour retourner travailler et retrouver mes collègues, talentueux et dévoués. Certains disent qu’ils feraient leur travail gratuitement parce que c’est une bonne cause. En rendant la justice, nous essayons de montrer l’exemple afin qu’il n’y ait plus jamais de génocide.

Recherchez-vous un poste dans ce réseau ?
Intitulé emploiNiveauCd appelRéseau professionnelFamille d'emploiDépartement / BureauLieu d'affectationDate limite
Senior Legal Officer P-588016Affaires juridiquesAffaires juridiquesBureau des affaires juridiquesNEW YORK28/01/2018
SENIOR LEGAL OFFICER P-589325Affaires juridiquesAffaires juridiquesHaut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'hommeGENÈVE06/01/2018
Senior Legal Officer (Chief of Analysis, File Preparation and Sharing Section) P-589135Affaires juridiquesAffaires juridiquesHaut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'hommeGENÈVE06/01/2018

Recherchez-vous un poste dans d'autres réseaux? 
select
Accueil | Confidentialite | Plan du site | Courriers frauduleux | Contactez-nous
Copyright 2017 United Nations. All rights reserved