Nationalité

Kenya

Formation

Licence en administration des affaires internationales, United States International University-Africa, Nairobi, Kenya

Langues

Anglais, kikuyu, kiswahili

Je suis une véritable personne de terrain, et je préfère travailler dans les coins les plus isolés plutôt que de travailler au siège d'une mission de maintien de la paix. C'est ce que j'appelle le « virus de la mission » ; une fois que vous l'avez attrapé, il ne vous lâche plus. Travailler dans un environnement difficile requiert de la détermination, de l'autonomie, de la créativité et une attitude positive. Le travail de terrain peut être stressant, mais ce qui me pousse à continuer, c'est la possibilité d'offrir une meilleure qualité de vie aux gens traumatisés par un conflit.

Auparavant, je faisais carrière dans le secteur privé, dans ma ville natale de Nairobi au Kenya. Mais à trente ans, je rêvais de travailler sur la scène internationale ; je voulais faire quelque chose pour aider les personnes défavorisées.

J'ai posé ma candidature au programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) qui envoie chaque année plus de 7 500 bénévoles pour s'occuper de projets dans le monde entier. J'ai également posé ma candidature à la MINUK (Mission d’administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo) créée en 1999 pour établir une administration civile et garantir la sécurité au lendemain du conflit du Kosovo. Pendant les trois années que j'ai passées au Kosovo, j'ai aidé les gens à s'inscrire sur les listes électorales et j'ai géré des ressources naturelles pour le Ministère de l'agriculture, de la forêt et du développement rural.

Après mon retour au Kenya, le programme VNU m'a invité à partir au Libéria et je n'ai pas pu refuser. En 2004, j'ai rejoins la nouvelle Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL). Elle avait pour mandat de garantir la paix après des années de guerre civile, de fournir une aide humanitaire et de restaurer l'autorité de l'État.

En tout premier lieu, j'ai été chargé d'ouvrir un bureau de campagne à Sinoe, l'une des régions les plus difficiles du Libéria. Nous avons commencé sans aucune fourniture et nous avons donc dû passer quelques nuits dans notre véhicule avant de recevoir une tente. Pour la nourriture, j'ai découvert 17 manières différentes de préparer du corned beef en boîte. Après la construction du bureau, nous nous sommes lancés dans la restauration du gouvernement local et dans la fourniture de services de base. Les gens étaient réceptifs, mais les rebelles étaient toujours armés. Le programme de désarmement, de démobilisation et de réintégration a été retardé dans notre région. Nous avons donc donné du travail aux ex-combattants pour les maintenir occupés, comme par exemple défricher les zones d'atterrissage des hélicoptères.

Après 18 mois comme volontaire dans ce pays, j'ai rejoint le personnel professionnel des Nations Unies en tant que Spécialiste des affaires civiles. En 2006, j'ai été muté dans une autre région délicate, le district de Gbarpolu, une région forestière isolée à l'ouest du Libéria.

Actuellement, la MINUL a pour mandat de soutenir les programme de réduction de la pauvreté et le développement des gouvernements locaux. En tant que responsable du bureau extérieur des Nations Unies dans le district de Gbarpolu, je coordonne et supervise tous les projets locaux. J'assure également le mentorat des dirigeants, je soutiens l'intégration des femmes et des jeunes dans le processus décisionnel, ainsi que la promotion de l'utilisation des ressources naturelles.

L'un des événements dont j'ai les meilleurs souvenirs est intervenu durant la période de Noël de l’année 2009, lorsque la Présidente du Libéria, Ellen Johnson-Sirleaf, a tenu son engagement de célébrer cette fête à Belle Yalla, un village tellement perdu dans les profondeurs de la forêt que jusqu'à cette date, il n'y avait aucune route et l'hélicoptère était le seul moyen d'y accéder. Plus d'un an auparavant, la Présidente avait promis de construire la première route et de l'utiliser pour sa visite.

Bien que le personnel des Nations Unies et du Ministère des travaux publics du Libéria aient travaillé dur, les travaux ont été retardés en raison de pluies diluviennes. Le 24 décembre, la route n'avait pas encore atteint le village. La Présidente a donc supporté une marche de deux heures et demies dans la forêt et a été accueillie par des citoyens en délire. Bon nombre de résidents sont restés éveillés jusqu'aux petites heures du matin pour assister à la percée des bulldozers dans la forêt, suivis par des véhicules des Nations Unies transportant un générateur, une citerne d'eau et d'autres fournitures. Le fait de voir la joie sur le visage des gens m'a conforté dans mon action.

Recherchez-vous un poste dans ce réseau ?
Intitulé emploiNiveauCd appelRéseau professionnelFamille d'emploiDépartement / BureauLieu d'affectationDate limite
Spécialiste des questions politiques (hors classe) P-5102272Paix et questions politiques et humanitairesAffaires politiquesDépartement des affaires politiquesNEW YORK23/09/2018
HUMAN RIGHTS OFFICER P-3101367Paix et questions politiques et humanitairesDroits de l’hommeHaut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'hommeGENÈVE22/09/2018
HUMAN RIGHTS OFFICER P-3101375Paix et questions politiques et humanitairesDroits de l’hommeHaut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'hommeGENÈVE22/09/2018
Spécialiste des droits de l’homme P-3101325Paix et questions politiques et humanitairesDroits de l’hommeHaut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'hommeGENÈVE21/09/2018
HUMAN RIGHTS OFFICER P-4101085Paix et questions politiques et humanitairesDroits de l’hommeHaut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'hommeGENÈVE19/09/2018
Spécialiste des droits de l’homme P-3101524Paix et questions politiques et humanitairesDroits de l’hommeHaut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'hommeGENÈVE19/09/2018
12345678910...>>

Recherchez-vous un poste dans d'autres réseaux? 
select
Accueil | Confidentialite | Plan du site | Courriers frauduleux | Contactez-nous
Copyright 2018 United Nations. All rights reserved