Nationalité

Liban

Formation

Licence en communication, Université de La Nouvelle-Orléans, Louisiane, États-Unis

Langues

Anglais, français, arabe

La guerre civile a éclaté au Liban alors que j’avais à peine cinq ans. Ma famille vit à Beyrouth, la capitale, et nous avons subi le choc du conflit. Mes parents nous éveillaient souvent au milieu de la nuit pour nous réfugier dans des abris locaux. Les écoles sont des cibles faciles et la violence ambiante en amenait beaucoup, dont la mienne, à fermer leurs portes.

Les combats ont empiré. En 1985, j’ai été poussée par mes parents à déménager aux États-Unis avec mon frère. Je me suis inscrite à la Montrose Christian High School à Rockville, dans le Maryland. Une fois mon diplôme en poche, la situation politique au Liban s’est calmée et j’ai pu retourner au pays.

Je me suis alors inscrite à des cours d’ingénieur à l’Université libano-américaine au Liban. La guerre a éclaté seulement deux semestres après le début de ma période universitaire. On m’a toutefois proposé un transfert à l’Université de La Nouvelle-Orléans aux États-Unis et j’ai accepté avec joie. J’y ai décroché une licence en communication en 1994. À ce stade, j’étais déjà tout à fait disposée à retourner au Liban car ma famille et mon pays me manquaient.

Lorsque je suis arrivée chez moi, il était évident que les Nations Unies étaient une source de changements positifs à Beyrouth. Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) s’était attaqué aux questions liées à la pauvreté, au déplacement et aux droits de l’homme. Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a reconstruit des écoles et nourri des enfants. Je savais que je voulais contribuer à la renaissance de mon pays. Un de mes amis travaillait aux Nations Unies et à la suite de ses vives recommandations, j’ai décidé de poser ma candidature.

Mon premier poste à l’ONU a été au sein de l’unité de l’environnement du PNUD. En tant qu’assistante administrative, diverses tâches de bureautique m’ont été confiées dont la création d’une publication « Lebanon After Rio ». Rio, c’était la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement qui s’est déroulée à Rio de Janeiro au Brésil en 1992. Après ce mandat, j’ai travaillé pour le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) à Genève et pour le Programme des Nations Unies pour le contrôle des drogues (UNDCP) à Beyrouth. Ensuite, j’ai été Chef de bureau pour le bureau régional du PNUD au Liban. Je gérais les opérations, les déplacements, les systèmes de technologie de l’information et l’administration pour le compte de 22 conseillers politiques de haut niveau, chercheurs et membres du personnel.

La guerre a de nouveau éclaté au Liban en 2006 et nous avons dû évacuer l’ensemble du personnel international, dont mon bureau, en deux nuits. Étant la seule chef de bureau, j’ai été contrainte de coordonner les évacuations du Liban pour d’autres tout en veillant aux affaires courantes. Cela s’est avéré particulièrement intense. J’ai souvent séjourné dans des hôtels car il était dangereux de rentrer en voiture de nuit.

Les Nations Unies n’ont fort heureusement subi aucune perte et le personnel international est revenu lorsque la violence a baissé. Pendant le conflit, mon travail a été récompensé par l’UNDP Administrative Award for Going Beyond the Call of Duty. En plus d’un certificat de reconnaissance, j’ai reçu une bourse pour me rendre dans un autre lieu d’affectation ou une autre mission afin d’approfondir mon apprentissage au sein de l’Organisation. Je suis allée à New York City aux États-Unis au printemps 2007 pour rencontrer des collègues et approfondir mes connaissances. Cela s’est traduit en une magnifique opportunité d’épanouissement professionnel pour laquelle je suis tout à fait reconnaissante.

J’ai accepté un nouveau poste en octobre 2008 en tant qu’assistante personnelle du Chef de la Division des services administratifs de l’ESCWA. Cette commission régionale compte 14 États Membres et collabore entre autres sur des thèmes tels que le développement durable et la productivité, les technologies de l’information et de la communication ainsi que le développement social.

La Division des services administratifs contribue à l’ensemble des activités de l’ESCWA en fournissant des ressources humaines, des fonds et des technologies de l’information, et en assurant la sécurité, la planification des événements et la continuité professionnelle. Notre politique de la porte ouverte permet aux membres de notre personnel de venir discuter de problèmes ou de solliciter des conseils à leur meilleure convenance. En deux ans, j’ai fait de mon mieux pour instaurer un environnement convivial et donnant le sentiment aux employés d’être entendus.

Je suis fière de mon travail aux Nations Unies. J’ai passé la majeure partie de mon existence à fuir. Désormais, je fais partie d’une organisation qui se consacre à la paix.

Recherchez-vous un poste dans ce réseau ?
Intitulé emploiNiveauCd appelRéseau professionnelFamille d'emploiDépartement / BureauLieu d'affectationDate limite
Ombudsperson régional, Entebbe P-5104862Gestion et administrationOmbudsmanBureau des services d’ombudsman et de médiation des Nations UniesENTEBBE29/12/2018
Spécialiste du règlement des différends (P-4) P-4105260Gestion et administrationOmbudsmanBureau des services d’ombudsman et de médiation des Nations UniesNEW YORK28/12/2018
Fonctionnaire des finances (P-3) P-3104215Gestion et administrationGestion financièreCaisse commune des pensions du personnel des Nations UniesGENÈVE22/12/2018
Fonctionnaire d’administration et des finances P-3106457Gestion et administrationAdministrationOffice des Nations Unies contre la drogue et le crimeVIENNE18/12/2018
Spécialiste de la déontologie P-4105254Gestion et administrationÉthiqueBureau de la déontologieNEW YORK16/12/2018
SENIOR AUDIT ASSISTANT G-7106832Gestion et administrationAuditBureau des services de contrôle interneNEW YORK14/12/2018
12345678910...>>

Recherchez-vous un poste dans d'autres réseaux? 
select
Accueil | Confidentialite | Plan du site | Courriers frauduleux | Contactez-nous
Copyright 2018 United Nations. All rights reserved