Nationalité

Suède

Formation

Maîtrise en droit à l’Université d’Uppsala, Uppsala, Suèd

Langues

Anglais, français, suédois

Dans les années 90, le nombre d’opérations de maintien de la paix des Nations Unies a considérablement augmenté. Les bouleversements politiques, les guerres civiles, les tentatives de sécessions et les coups d’État survenant à travers le monde ont conduit les Nations Unies à prendre des mesures pour régler divers conflits et crises. Dans ce contexte, et comme reconnu dans le rapport de Brahimi – le résultat d’une étude visant à remédier aux lacunes constatées dans les opérations de maintien de la paix de l’ONU, la Division de la police de l’Organisation a été officiellement créée en 2000 en vue d’appuyer le recours croissant aux forces de police (distinctes du personnel militaire) dans les activités de maintien de la paix de l’ONU.

En tant que conseillère pour les questions de police, j’assure la direction de la Division de la police, et ai assisté à sa rapide expansion au cours des trois dernières années. Durant cette période, l’ONU a vu le nombre de ses forces de police autorisées à se déployer à l’échelle internationale tripler et passer de moins de 6 000 à plus de 17 500.

Les forces de police sont de plus en plus reconnues comme apportant une contribution unique et distincte de celle du personnel militaire. Nous sommes présents dans 16 missions de maintien de la paix à travers le monde, au travers desquelles nous entendons instaurer la confiance, en évoluant du statut de force de police à celui de service de police. Nous nous efforçons d’améliorer la police de proximité et de renforcer les organismes de lutte contre la criminalité dans les pays en situation postconflictuelle, où l’ordre public est essentiel à leur relèvement. Nous sommes de plus en plus priés d’appuyer la réforme de services de police nationaux, tout en préservant les droits de l’homme, la sûreté et la sécurité.

En tant que jeune juriste, j’ai rejoint un programme de gestion dans le service de police en Suède. Ce poste m’a donné l’occasion de toucher à des questions très diverses, allant des poursuites judiciaires à l’immigration, et j’ai toujours aimé travailler dans le domaine de la répression. En 2008, après 22 années passées dans le service de police suédois, j’ai quitté mes fonctions de commissaire de police de comté, et fait acte de candidature au poste de conseillère adjointe pour les questions de police au Siège de l’ONU à New York. Après deux années dans ces fonctions, le Secrétaire général m’a nommée conseillère pour les questions de police.

Depuis mon arrivée à l’Organisation en 2008, je consacre beaucoup de mon énergie à contribuer à l’effort mondial visant à accroître l’effectif des officiers féminins dans les services de police nationaux et internationaux. Un environnement de travail optimal se compose aussi bien d’hommes que de femmes, car les différentes approches propres à chaque sexe sont nécessaires pour relever les défis accompagnant le travail de la police. Cela est particulièrement vrai dans les régions en situation postconflictuelle, où les officiers femmes peuvent entrer en contact avec une section de la communauté inaccessible aux hommes, à savoir d’autres femmes qui ont été victimes de violence en période de guerre. Nous espérons que, d’ici à 2014, les femmes représenteront 20 % des officiers de police, soit une très nette amélioration par rapport aux 7 % enregistrés au lancement de l’initiative en 2009. Cette augmentation a notamment été appréciable en Haïti et au Libéria, où des unités de police composées uniquement de femmes opèrent dans les missions. Je suis fière de ces progrès et de savoir que le Secrétaire général s’est personnellement engagé à atteindre cet objectif.

Certains disent qu’une fois qu’on a travaillé à l’international, cela devient vite un besoin. Je partage totalement cet avis. Tout au long de ma carrière, j’ai toujours souhaité être chef de file, accompagner et diriger les autres, et les voir évoluer. C’est ce que j’ai pu accomplir au sein des Nations Unies. Cela s’est avéré être un choix extrêmement satisfaisant. Je ne regrette pas une seule seconde de l’avoir fait.

Recherchez-vous un poste dans ce réseau ?
Intitulé emploiNiveauCd appelRéseau professionnelFamille d'emploiDépartement / BureauLieu d'affectationDate limite
Spécialiste/Conseiller(e) de la problématique hommes-femmes P-489017Paix et questions politiques et humanitairesAffaires politiquesMission des Nations Unies pour l’appui à la Justice en HaïtiPORT-AU-PRINCE30/11/2017
Spécialiste des questions politiques (Officier de liaison) P-488880Paix et questions politiques et humanitairesAffaires politiquesMission d'assistance des Nations Unies en AfghanistanTEHERAN30/11/2017
SPECIAL ASSISTANT, POLITICAL AFFAIRS [Temporary] P-488884Paix et questions politiques et humanitairesAffaires politiquesUnited Nations Office to the African UnionADDIS-ABEBA28/11/2017
Spécialiste de la problématique hommes-femmes P-488519Paix et questions politiques et humanitairesAffaires politiquesUnited Nations Integrated Peacebuilding Office in Guinea-BissauBISSAU27/11/2017
Spécialiste Principal des Affaires Politiques/ État de droit D-188675Paix et questions politiques et humanitairesAffaires politiquesMission des Nations Unies pour l’appui à la Justice en HaïtiPORT-AU-PRINCE24/11/2017
SENIOR INFORMATION ANALYST, POLITICAL AFFAIRS P-588522Paix et questions politiques et humanitairesAffaires politiquesMission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du CongoKINSHASA24/11/2017
1234

Recherchez-vous un poste dans d'autres réseaux? 
select
Accueil | Confidentialite | Plan du site | Courriers frauduleux | Contactez-nous
Copyright 2017 United Nations. All rights reserved