Nationalité

Finlande

Formation

Master of Philosophy en droit international relatif aux droits de l’homme et à l’humanitaire, à l’Université de Cambridge, Royaume-Uni

Licence ès sciences en relations internationales, à la London School of Economics, Royaume-Uni

Langues

Allemand, anglais, espagnol, finnois et français

Ma carrière au sein de l’ONU revêt un caractère diversifié et très enrichissant. Au cours des deux dernières décennies, j’ai travaillé au sein de l’Organisation en tant qu’observatrice électorale au Libéria et en République centrafricaine, en tant que spécialiste des questions politiques au Kosovo, en tant que conseillère pour l’égalité des sexes en Sierra Leone, et en tant que spécialiste des droits de l’homme aux États-Unis, au Guyana, en Ouganda et en Suisse. À dire vrai, j’ai eu le privilège de travailler dans plus de 10 pays sur trois continents. Cela n’a été possible qu’en raison des capacités et du mandat sans égal de l’ONU. Il s’agit d’une organisation vraiment unique, et je recommande absolument de postuler pour y travailler.

À l’heure actuelle, je suis en poste à Yaoundé au Cameroun, où je suis la représentante régionale du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme en Afrique centrale. Comme le titre le laisse entendre, j’assure la gestion et le suivi de la situation des droits de l’homme dans 11 pays de la région centrafricaine. Ce poste m’amène également à faire office de directrice du Centre des droits de l’homme et de la démocratie de l’ONU en Afrique centrale. Ces fonctions sont difficiles et s’accompagnent, chaque jour, de nouveaux obstacles et tracas, mais également de nouvelles perspectives et réussites. L’une de mes journées de travail typiques pourrait consister à présider une réunion avec mes collaborateurs portant sur un événement à venir, puis à passer des coups de téléphone au Bureau de Genève pour m’enquérir du financement de nos projets. Il se peut ensuite que je m’envole vers un pays voisin afin de rencontrer des représentants de la communauté autochtone et de réfléchir au meilleur moyen d’inciter leur gouvernement à adopter une législation sur les droits des communautés et populations autochtones. Cette rencontre pourra être suivie d’un entretien avec le Premier Ministre de ce pays afin d’exposer les besoins et les droits des groupes que nous nous efforçons d’aider.

Beaucoup de choses m’encouragent à poursuivre mon activité. Par exemple, les peuples autochtones du Congo m’ont dit que c’était la première fois qu’ils avaient la possibilité de rencontrer et de parler directement avec leur gouvernement, grâce au travail accompli par mon équipe. Une ancienne esclave sexuelle de 83 ans originaire de la République de Corée m’a remerciée d’avoir cru à son enlèvement forcé et au fait qu’elle n’avait pas trahi sa communauté. Il y a enfin la force incroyable d’une Rwandaise qui a survécu de justesse à un génocide de masse et à des violences sexuelles, ou la gratitude d’un homme âgé habitant dans un camp pour personnes déplacées au nord de l’Ouganda qui a apprécié que nous l’ayons demandé ce dont il avait besoin au lieu de décider pour lui. En d’autres termes, ce sont les nombreuses victimes de violations des droits de l’homme à travers le monde qui m’inspirent chaque jour. Grâce à mon travail à l’ONU, j’ai eu le privilège de rencontrer des personnes incroyables qui ont surmonté une adversité inimaginable dans leur vie, et qui continuent d’œuvrer en faveur de la paix et de la justice. J’aime travailler aux Nations Unies car cela me donne l’occasion de venir en aide à des individus et des communautés.

En fait, je rêvais depuis toujours d’intégrer l’ONU car mes parents ont tous deux travaillé pour l’Organisation à un certain stade de leur vie. Je me souviens les avoir suivis partout en Asie alors que mon père était le représentant de l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel au Viêt Nam, aux Philippines et au Laos. Aujourd’hui, non seulement je travaille pour l’Organisation, mais je suis également mariée à un Libérien lui-même fonctionnaire de l’Organisation. De toute évidence, l’ONU est et continuera de faire partie intégrante de ma vie.

Bien que mes parents m’aient fait connaître les Nations Unies dès mon plus jeune âge, la voie que j’ai empruntée pour y accéder a été inhabituelle. En effet, j’ai débuté ma carrière à l’ONU en tant que travailleur manuel temporaire dans les bureaux de Vienne. Durant mes vacances d’été universitaires, je vidais les cendriers situés dans les cabines d’interprétation, nettoyais les systèmes d’aération, remplissais les pots à eau et ramassais les feuilles mortes de la terrasse de la cafétéria. L’été suivant, mes tâches ont évolué vers le classement et la distribution de documents aux personnes participant aux conférences. Aujourd’hui, j’aide à gérer et surveiller l’application des droits de l’homme dans l’ensemble de l’Afrique centrale. C’est dire que je connais l’Organisation de bas en haut !

D’après mon expérience, mon conseil aux candidats potentiels serait de persévérer. En Finlande, on dit « sisu », pour signifier que « quand on veut, on peut ». Pour être un membre efficace de l’équipe de l’ONU, il faut adhérer aux idéaux, aux objectifs et aux principes de l’Organisation. Les candidats potentiels doivent comprendre ce que sont les Nations Unies afin de pouvoir en être le représentant véritable. Il faut être prêt à découvrir de nouvelles facettes de sa personne, qu’on l’on n’imaginerait même pas si on ne travaillait pas dans ces lieux divers et intéressants. En ce sens, travailler pour l’ONU signifie non seulement acquérir une expérience professionnelle, mais aussi façonner sa vie sur les plans intellectuel, social et culturel. Bâtir une carrière au sein des Nations Unies n’est pas seulement un métier, c’est l’expérience de toute une vie.

Recherchez-vous un poste dans ce réseau ?
Intitulé emploiNiveauCd appelRéseau professionnelFamille d'emploiDépartement / BureauLieu d'affectationDate limite
Team Leader of the Executive Committee Secretariat P-489526Paix et questions politiques et humanitairesAffaires politiquesCabinet du Secrétaire généralNEW YORK29/12/2017
Assistant Spécial, Affaires politiques P-390276Paix et questions politiques et humanitairesAffaires politiquesMission d'assistance des Nations Unies en AfghanistanKABOUL28/12/2017
Analyste de l'information des affaires politiques (Recruit from Roster) P-389918Paix et questions politiques et humanitairesAffaires politiquesUnited Nations Mission in the Republic of South SudanJUBA28/12/2017
Special Assistant, Office of the Special Adviser on Policy P-589522Paix et questions politiques et humanitairesAffaires politiquesCabinet du Secrétaire généralNEW YORK27/12/2017
SPÉCIALISTE DES AFFAIRES HUMANITAIRES [Temporary] P-489872Paix et questions politiques et humanitairesAffaires humanitairesBureau de la coordination des affaires humanitairesPORT-AU-PRINCE27/12/2017
Humanitarian Affairs Officer [Temporary] P-389962Paix et questions politiques et humanitairesAffaires humanitairesBureau de la coordination des affaires humanitairesPORT-AU-PRINCE27/12/2017
12345

Recherchez-vous un poste dans d'autres réseaux? 
select
Accueil | Confidentialite | Plan du site | Courriers frauduleux | Contactez-nous
Copyright 2017 United Nations. All rights reserved