Nationalité

Chine

Formation

Maîtrise en économie, University of Oxford, Royaume-Uni

Langues

Anglais, Chinois

Je suis née et j'ai grandi à Hong Kong. N'ayant pas passé mon enfance dans plusieurs villes, je n'avais pas l'habitude de vivre dans différentes parties du monde. Néanmoins, je suis flexible et ouverte aux idées nouvelles, et je pense que ce trait de caractère a considérablement influencé mon parcours depuis que je travaille pour les Nations Unies.

J'étais économiste au Bureau du Secrétaire aux finances du gouvernement de Hong Kong avant de passer le concours de recrutement national organisé par les Nations Unies (qui porte désormais le nom de programme Jeunes administrateurs) dans la filière économie en 2006. J'ai rejoint la Fondation des Nations Unies pour l'habitat à Nairobi en tant que Spécialiste des établissements humains (adjoint de 1e classe). Ce programme doit remplir un mandat très particulier dans le domaine de l'urbanisation et des défis qui l'accompagnent. Je travaillais au département de la recherche, axé sur l'économie et sur l'exploitation de données. C'est à ce moment que je pris du recul pour réfléchir à la prochaine étape. Je me suis alors rendue compte que je voulais me concentrer sur la recherche et l'analyse quantitative. 

Nairobi est très différente de ma ville d'origine. J'ai découvert que les bureaux fonctionnent de manière légèrement différente selon les lieux d'affectation ; à chaque déplacement, vous devez vous adapter aux changements culturels tant au niveau professionnel que personnel. Nairobi m'a donné le courage de tenter l'aventure dans d'autres pays. En effet, le sentiment communautaire y était très fort, et j'ai très vite appris à connaître mes collaborateurs. Il faut du temps pour s'adapter à différents modes de fonctionnement, mais c'est en cela que résident toutes les joies de la mobilité aux Nations Unies. On découvre en permanence diverses cultures. J'ai créé un réseau mondial à travers mes nombreux voyages et j'ai des collègues et amis aux quatre coins du monde. 

Mon prochain poste m'a ensuite conduite à Vienne, où j'ai exercé en tant que statisticien (adjoint de 1re classe) à l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime pendant huit mois, et où je devais en particulier exploiter des données relatives à la drogue. Je suis ensuite partie à New York, où mon travail à la Division de statistique était principalement axé sur les statistiques et les activités de renforcement des capacités.

Chaque lieu d'affectation est unique. À Nairobi, la plupart des collègues communiquent face à face. À Vienne, on privilégie la communication par envoi de courrier électronique. À New York, on retrouve un peu des deux. Essayer les différents modes de fonctionnement des lieux d'affectation est l'une des plus grandes joies et l'un des plus grands avantages de la mobilité au sein des Nations Unies. 

En ce moment, j'occupe le poste de spécialiste du contrôle des drogues à la Section du contrôle des substances psychotropes du Secrétariat de l'Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS) basé à Vienne. Les conventions internationales relatives au contrôle des drogues ont été élaborées bien avant la création de l'Organisation des Nations Unies. L'OICS est chargé d'évaluer les résultats obtenus par les gouvernements dans la mise en œuvre des mesures de prévention des toxicomanies. La recherche d'un équilibre entre le contrôle des drogues et leur usage à des fins médicales est au cœur des conventions.

Notre organe a un mode de fonctionnement des plus intéressants. Il est composé de 13 membres, choisis par pays par le Conseil économique et social après avoir été nommés par l'Organisation mondiale de la Santé. Ces derniers ont des profils très différents : certains disposent d'une expérience en matière de contrôle des drogues, d'autres sont avocats, économistes, d'autres encore sont issus du milieu médical. Ils sont originaires de différentes parties du monde et affichent par conséquent des idées et des opinions très diverses. Avant de prendre une décision sur une question, celle-ci est examinée sous différents angles. En cas de controverse, nous invitons les délégations des États Membres. Ces rencontres sont très stimulantes, car elles permettent de voir dans quelle mesure le dialogue et la communication peuvent changer l'issue d'une situation. La capacité à promouvoir le dialogue et la communication est de la plus haute importance pour travailler aux Nations Unies. Vous devez avoir l'esprit d'initiative, être patient et mobile !

Recherchez-vous un poste dans ce réseau ?
Intitulé emploiNiveauCd appelRéseau professionnelFamille d'emploiDépartement / BureauLieu d'affectationDate limite
Fonctionnaire chargé de la gestion des programmes (80 %) P-489502Questions économiques et sociales et développementDirection de programmesConférence des Nations Unies sur le commerce et le développementGENÈVE27/01/2018
Associate Programme Management Officer P-286169Questions économiques et sociales et développementDirection de programmesProgramme des Nations Unies pour l'environnementNAIROBI27/01/2018
Director, Brussels Liaison Office D-185012Questions économiques et sociales et développementDirection de programmesProgramme des Nations Unies pour les établissements humainsBRUSSELS26/01/2018
Spécialiste des questions sociales P-390085Questions économiques et sociales et développementAffaires socialesCommission économique et sociale pour l'Asie et le PacifiqueBANGKOK24/01/2018
Économiste P3 P-387820Questions économiques et sociales et développementAffaires économiquesCommission économique pour l'Amérique latine et les CaraïbesSANTIAGO21/01/2018
Spécialiste des affaires sociales P-389506Questions économiques et sociales et développementAffaires socialesDépartement des affaires économiques et socialesNEW YORK20/01/2018
12345678910

Recherchez-vous un poste dans d'autres réseaux? 
select
Accueil | Confidentialite | Plan du site | Courriers frauduleux | Contactez-nous
Copyright 2017 United Nations. All rights reserved