vacance de poste

Intitulé publication: Recrutement d’un consultant pour réaliser une étude sur les principaux problèmes de sécurité transfrontalière et des initiatives transfrontalières de dialogue intercommunautaire
Département / Bureau: Bureau des Nations Unies pour l’Afrique centrale
Lieu d'affectation: BANGUI
Période de candidature: 21 octobre 2020 - 28 octobre 2020
No de l’appel á candidature: 20-United Nations Office in Central Africa-143605-Consultant
Staffing Exercise N/A
Valeurs fondamentales de l'ONU: intégrité, professionnalisme, respect de la diversité
Désolé, cet appel à candidature n'est plus disponible.
Result of Service

Le projet devrait créer un espace de dialogue et de consultation efficace qui atténuera les tensions transfrontalières à l'approche des élections en RCA, réduisant ainsi l'influence des groupes armés sur l'environnement politique, social et sécuritaire.
Le projet devrait également cibler les acteurs influents et les chefs communautaires vivant dans les régions frontalières afin de les inciter à s'approprier l’APPR et à plaider auprès d’eux pour sa mise en œuvre, réduisant ainsi l'influence des groupes armés et créant un environnement favorable à davantage d’engagement avec le gouvernement, la CEEAC, les Nations unies et d'autres partenaires clés.
Enfin, le projet devrait renforcer les capacités de coopération transfrontalière en matière de sécurité, favoriser l'appropriation des instruments nationaux et régionaux pertinents de sécurité, et renforcer la gouvernance centre-périphérie.

Work Location

Bangui

Expected duration

Le consultant travaillera pendant un total de 50 jours, au cours de la période comprise entre le 1er novembre et le 20 décembre 2020. Les résultats définitifs devraient être soumis et approuvés au plus tard le 15 janvier 2020.

Duties and Responsibilities

Depuis la signature de l'Accord politique, la MINUSCA, à travers son Bureau de Bouar, a soutenu le travail important que le Ministère de l'Administration territoriale a entrepris avec les communautés vivant dans les zones frontalières, en collaboration avec la CEEAC en tant que garante de l'Accord. Cependant, des efforts supplémentaires sont nécessaires pour ouvrir un espace de dialogue qui contribuera à stabiliser la situation sécuritaire transfrontalière à l'approche des élections en RCA, renforcer l'appropriation locale de l'APPR et jeter les bases d’un développement plus durable permettant de réduire l'influence et la menace des groupes armés sur le reste du pays.

En capitalisant sur les dividendes des projets transfrontaliers de consolidation de la paix au, l’objectif général visé est d’ouvrir un espace de dialogue qui permettra d’apaiser les tensions entre les communautés vivant dans les zones frontalières, afin de créer un effet stabilisateur sur la sécurité transfrontalière à l’approche des élections en RCA en renforçant l’appropriation locale de l’APPR, et de d’identifier et recenser les leçons et les bonnes pratiques qui peuvent être reproduites dans d’autres régions prioritaires en RCA.

Le projet cible spécifiquement les localités où la coordination transfrontalière entre plusieurs entités et partenaires des Nations Unies est nécessaire, et vise également à améliorer la participation des femmes et des jeunes à la mise en œuvre de l’APPR au niveau local, améliorant ainsi potentiellement les résultats globaux au niveau national et régional.

Pour atteindre l'objectif global, le projet cherchera à tirer parti des ressources et des capacités existantes dans le pays résultant des projets transfrontaliers en cours, en étroite coordination avec les bureaux des Nations unies dans les pays voisins.

Le projet se décline en deux phases principales : (i) le lancement d’initiatives transfrontalières de dialogue intercommunautaire, et (ii) l’organisation d’un atelier de restitution au niveau régional.
Pour la phase 1, le projet lancera des initiatives transfrontalières de dialogue intercommunautaire en collaboration avec la MINUSCA et les bureaux des coordonnateurs résidents du système des Nations Unies au Tchad et au Cameroun, en s’appuyant sur les activités transfrontalières existantes.

Les tâches du (s) consultant (s) pendant cette phase consisteront à :
a) Mener une étude de base sur les principaux problèmes de sécurité transfrontalière et une évaluation dynamique des risques ;
b) Identifier les activités transfrontalières et les initiatives de consolidation de la paix en cours ;
c) Faire une analyse des communautés concernées et identifier les acteurs influents ;
d) Conduire le processus préparatoire pour la tenue de dialogues intercommunautaires sur des thèmes liés à la sécurité transfrontalière ;
e) Faciliter l’organisation de deux réunions transfrontalières (ou dialogues intercommunautaires) d’une durée de deux jours chacune, pour 25 participants environ (soit un total de 50 participants sur 4 jours).

Pour la phase 2, le projet soutiendra la CEEAC dans l’organisation d'un atelier régional de restitution afin de faire la synthèse des résultats des deux dialogues intercommunautaires transfrontaliers. L'atelier se tiendra à Bangui avec la participation d’environ 25 experts de la RCA, du Cameroun et du Tchad, ainsi que de la CEEAC et de l'UA.

Qualifications/special skills

Academic Qualifications: Être titulaire d’un diplôme de second cycle universitaire (Master ou autre) en Science Politique, Relations Internationales, Etudes de la paix et des conflits, Gestion des conflits, Droit International ou tout autre domaine pertinent relatif à la consultation.
Experience: Au moins cinq ans d’expériences de travail pertinente en milieu universitaire, dans un centre de recherche ou d’études, au sein d’un gouvernement, d’une collectivité locale, d’une organisation non gouvernementale, ou d’une organisation régionale ou internationale, y compris les Nations Unies, l’Union africaine, une communauté économique régionale (CER) est requise.
Une expérience professionnelle en Afrique (de préférence en Afrique centrale) est requise.
Une expérience avérée dans la rédaction de rapports en français est souhaitée.
Language: Excellente maîtrise du français, à l’oral et à l’écrit. La connaissance de l’anglais sera un atout.

Aucun frais de dossier

THE UNITED NATIONS DOES NOT CHARGE A FEE AT ANY STAGE OF THE RECRUITMENT PROCESS (APPLICATION, INTERVIEW MEETING, PROCESSING, OR TRAINING). THE UNITED NATIONS DOES NOT CONCERN ITSELF WITH INFORMATION ON APPLICANTS’ BANK ACCOUNTS.

Désolé, cet appel à candidature n'est plus disponible.
partager
Accueil | Confidentialite | Plan du site | Courriers frauduleux | Contactez-nous
Copyright 2020 United Nations. All rights reserved