vacance de poste

Intitulé publication: Économiste, P4
Intitulé code d’emploi: Assistant aux affaires économiques
Département / Bureau: Commission économique pour l'Afrique
Lieu d'affectation: ADDIS ABABA
Période de candidature: 03 novembre 2020 - 17 décembre 2020
No de l’appel á candidature: 20-Economic Affairs-ECA-143622-R-Addis Ababa (G)
Staffing Exercise N/A
Valeurs fondamentales de l'ONU: intégrité, professionnalisme, respect de la diversité
Désolé, cet appel à candidature n'est plus disponible.
Cadre organisationnel

Mission, objectif et orientations stratégiques de la CEA.

La mission de la CEA s’articule autour de la mise en œuvre d’idées et d’actions pour une Afrique autonome et transformée, sous l’inspiration du Programme 2030 et de l’Agenda 2063.

Cette mission repose sur les cinq nouvelles orientations stratégiques de la CEA, qui sont les suivantes : consolider la place que la CEA occupe en tant qu’institution du savoir de premier plan qui s’appuie sur sa position privilégiée et ses prérogatives incomparables pour apporter des solutions mondiales aux problèmes du continent et mettre les solutions locales à la disposition du continent ; définir des politiques macroéconomiques et structurelles propres à accélérer la diversification économique et la création d’emplois ; concevoir et mettre en œuvre des modèles de financement novateurs permettant de financer les infrastructures, les ressources humaines, les ressources matérielles et les biens sociaux pour assurer la transformation de l’Afrique ; apporter des solutions aux problèmes régionaux et transfrontaliers en mettant l’accent sur les facteurs de développement importants que sont la paix, la sécurité et l’inclusion sociale ; défendre la position de l’Afrique au niveau mondial et élaborer des solutions régionales à proposer pour contribuer à la résolution des problèmes de gouvernance de dimension mondiale.

La Division de la macroéconomie et de la gouvernance est dirigée par un directeur et placée sous l’autorité directe du Secrétaire exécutif adjoint chargé des programmes. Sa mission est d’aider les États membres à accélérer leur transformation économique et leur croissance inclusive par une bonne planification du développement ainsi que par l’amélioration de la gestion macroéconomique, de la gouvernance économique, de la mobilisation des financements publics nationaux et internationaux et de leur répartition. Elle se compose de trois grandes sections : la Section de l’analyse macroéconomique, la Section de la planification du développement et la Section de la gouvernance économique et des finances publiques.

Les attributions principales de la Division sont les suivantes : aider les États membres à établir des prévisions et à faire des analyses macroéconomiques ainsi qu’à concevoir, mettre en œuvre et suivre des plans et stratégies de développement visant à assurer la croissance inclusive, le développement durable et la transformation structurelle ; aider les États membres à mobiliser des ressources publiques nationales et internationales et à adopter de meilleures stratégies de gouvernance économique, de gestion du secteur public et de prestation de services pour assurer le développement durable ; contribuer à l’élaboration, à la mise en œuvre, au suivi et à l’évaluation des politiques et programmes de gouvernance économique des États membres ; favoriser l’avènement d’une transformation économique accélérée inclusive et soucieuse de l’égalité des sexes, en renforçant les capacités des États membres dans les domaines de la planification du développement, de l’analyse macroéconomique, de la gouvernance économique et des finances publiques ; renforcer l’analyse des politiques et l’élaboration de politiques fondées sur la connaissance des faits ; renforcer le suivi et l’examen des cadres de développement régionaux et mondiaux ; faciliter la mise au point d’une architecture institutionnelle des États membres qui soit efficace ; renforcer la prévision pour les principaux indicateurs de développement ; créer et diffuser des produits de savoir de pointe ; promouvoir des politiques et des programmes visant à rendre la gestion du secteur public plus rationnelle et plus participative ; fournir un appui technique direct au processus du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs pour faire en sorte que les Africains adhèrent au programme de développement de l’Afrique et le pilotent ; superviser les travaux de l’équipe chargée de la lutte contre les flux financiers illicites et toutes les activités internes et externes liées à la gouvernance menées par la Commission.

Le poste est à pourvoir la Division de la macroéconomie et de la gouvernance à la Commission économique pour l’Afrique (CEA). Le/la titulaire travaille sous la supervision directe du chef de la Section de la planification du développement et sous la supervision générale du Directeur de la Division.

Responsabilités

Dans la limite des pouvoirs qui lui sont délégués, le/la titulaire exerce les fonctions suivantes :

Analyse économique ou sectorielle
•Suivre de près l’évolution économique et commerciale et recenser les problèmes récurrents et nouveaux pouvant s’avérer préoccupants pour les Nations Unies.
•Concevoir et mener des études sur des questions choisies dans le domaine de la planification du développement et rédiger des rapports en conséquence.
•Interpréter et appliquer les résultats de la modélisation économétrique à l’analyse des perspectives économiques et des politiques de planification du développement.
•Élaborer des projets de recommandations dans son domaine d’activité.
•Formuler des propositions de stratégies, de politiques et de mesures de développement à l’intention des organes intergouvernementaux compétents et d’autres parties.
•Participer à des réunions internationales, régionales et nationales, afin de s’entretenir avec les représentants d’autres institutions.
•Organiser des réunions de groupes d’experts, des séminaires et d’autres manifestations sur des questions de développement.
•Rédiger les discours et autres contributions aux exposés présentés par des fonctionnaires de rang supérieur.

Appui aux organes intergouvernementaux
•Fournir un appui fonctionnel concernant les questions économiques aux organes intergouvernementaux (tels que l’Assemblée générale, l’Union africaine et le NEPAD, le Conseil économique et social, les commissions régionales et leurs organes subsidiaires respectifs).
•Représenter l’unité administrative à des réunions internationales, régionales et nationales. 

Coopération technique
•Concevoir et suivre les projets de coopération technique.
•Effectuer des missions dans les États membres, soit seul soit en tant que membre d’une équipe pluridisciplinaire, dans le cadre des activités de coopération technique de l’Organisation.
•Préparer les analyses mondiales, régionales, nationales et sectorielles nécessaires pour conseiller les gouvernements en matière de développement économique et de planification stratégique.
•Conduire des séminaires et des ateliers de formation à l’intention de responsables gouvernementaux et d’autres parties.
•Formuler les modalités techniques requises pour l’évaluation des divers projets de coopération technique.

De manière générale
•Aider les fonctionnaires moins expérimentés en examinant leur travail et en leur faisant savoir comment leur apport est perçu.
•Participer à des activités d’intérêt plus général, au sein de la Division ou avec d’autres divisions, afin de représenter les vues ou les intérêts de l’unité administrative.
•S’acquitter, selon que de besoin, d’autres tâches, notamment diverses tâches administratives requises pour fournir les services attendus de l’unité administrative.
•Entreprendre des activités de formation en cours d’emploi et autres, au sein de l’Organisation et à l’extérieur.

Compétences

Professionnalisme :
Aptitude à appliquer des théories et des notions économiques à différents secteurs du développement économique et du développement durable. Aptitude à mener en toute indépendance des travaux de recherche sur des sujets économiques et à déterminer la pertinence, la validité et l’exactitude des données recueillies auprès de diverses sources. Aptitude à identifier et à développer les sources pour la collecte de données. Tirer fierté de son travail et de ses réalisations ; faire preuve de compétence professionnelle et de maîtrise du sujet ; apporter à l’exécution de ses tâches la conscience et le souci d’efficacité voulus pour être en mesure d’honorer les engagements contractés, de tenir les délais impartis et d’obtenir les résultats escomptés ; agir pour des motifs professionnels plutôt que personnels ; persévérer face aux obstacles et aux difficultés ; garder son calme dans les situations de crise. Prendre la responsabilité de transversaliser la problématique femmes-hommes et d’assurer l’égale participation des femmes et des hommes dans toutes les activités.

Aptitude à la communication :
S’exprimer clairement et efficacement, tant oralement que par écrit ; écouter les autres, bien les comprendre et donner suite comme il convient ; poser les questions voulues afin d’obtenir des éclaircissements et faciliter le dialogue ; adapter le langage, le ton, le style et la présentation au public auquel on s’adresse ; partager l’information avec tous ceux qu’elle intéresse et tenir chacun au courant.

Aptitude à planifier et à organiser :
Définir clairement des buts compatibles avec les stratégies convenues ; hiérarchiser les activités et tâches prioritaires ; modifier les priorités en fonction des besoins ; prévoir suffisamment de temps et de ressources pour mener sa tâche à bien ; tenir compte des risques et des imprévus dans la planification ; suivre l’exécution des plans et les modifier s’il y a lieu ; tirer le meilleur parti du temps dont on dispose.

Formation

Diplôme universitaire de deuxième cycle (maîtrise/master ou équivalent) en économie ou dans une discipline apparentée est exigée. Un diplôme universitaire de premier cycle assorti de deux années d'expérience pertinente peut être considéré comme un équivalent acceptable..

Expérience professionnelle

Au moins sept années d’expérience, à des niveaux de responsabilité de plus en plus élevés, dans le domaine de la recherche et de l’analyse économiques, de l’élaboration de politiques ou de l’application des principes économiques aux programmes de développement, ou dans un domaine connexe est exigée.
Une liste certifiée des publications scientifiques internationales évaluées par des pairs, des notes d’orientation thématique, des articles, ouvrages et chapitres parus sur la macroéconomie, le développement économique ou la gouvernance économique est exigée.
Une expérience de la planification du développement dans le contexte africain est souhaitable.

Connaissances linguistiques

L’anglais et le français sont les langues de travail du Secrétariat de l’ONU. Pour le poste faisant l’objet du présent avis, la maîtrise de l’une de ces deux langues est demandée et la connaissance de l’autre est souhaitable. La connaissance d’une autre langue officielle de l’ONU serait un atout.

Méthode d'évaluation

L’évaluation des candidats qualifiés pourrait inclure un exercice d’évaluation, pouvant être suivi d’un entretien d’appréciation des compétences.

Notice spéciale

Les fonctionnaires sont soumis(es) à l’autorité du Secrétaire général, qui décide de leur affectation. Au fil de leur carrière, ils/elles sont censé(e)s changer de fonctions périodiquement, conformément aux règles et procédures en vigueur.

Le Secrétariat de l’ONU s’emploie résolument à équilibrer les effectifs masculins et féminins. Les femmes sont vivement encouragées à faire acte de candidature.

Des antécédents impeccables du point de vue de l’intégrité et du respect des règles déontologiques sont indispensables.

Pour ce poste, les personnes originaires des États Membres suivants, qui sont non représentés ou sous-représentés au Secrétariat de l’ONU au 31 juillet 2020, sont vivement encouragés à faire acte de candidature : Afghanistan, Andorre, Angola, Antigua-et-Barbuda, Arabie saoudite, Bahreïn, Belize, Brésil, Brunéi Darussalam, Cabo Verde, Cambodge, Chine, Comores, Cuba, Dominique, Émirats arabes unis, États fédérés de Micronésie, États-Unis d’Amérique, Fédération de Russie, Gabon, Grenade, Guinée équatoriale, Guinée-Bissau, Îles Marshall, Îles Salomon, Japon, Kiribati, Koweït, Lesotho, Libéria, Libye, Liechtenstein, Luxembourg, Monaco, Mozambique, Namibie, Nauru, Norvège, Oman, Palaos, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Qatar, République bolivarienne du Venezuela, République de Corée, République démocratique populaire lao, République populaire démocratique de Corée, Saint-Vincent-et les Grenadines, Sainte-Lucie, Saint Marin, Sao Tomé-et-Principe, Soudan du Sud, Suriname, Timor-Leste, Tuvalu, Vanuatu.

Charte des Nations Unies

Aux termes du paragraphe 3 de l’Article 101 de la Charte des Nations Unies, la considération dominante dans le recrutement du personnel doit être la nécessité d’assurer à l’Organisation les services de personnes possédant les plus hautes qualités de travail, de compétence et d’intégrité. Aucun candidat ne sera pris en considération par l'ONU s’il s'est rendu coupable de violation du droit international des droits de l'homme ou du droit international humanitaire, d'exploitation sexuelle, d'atteinte sexuelle ou d'infraction autre qu'une infraction mineure au code de la route, ou s'il existe des motifs raisonnables de croire que le candidat a été impliqué dans la commission de l'un de ces actes. L’expression « exploitation sexuelle » désigne le fait de profiter ou de tenter de profiter d’un état de vulnérabilité, d’un rapport de force inégal ou de rapports de confiance à des fins sexuelles, y compris mais non exclusivement en vue d’en tirer un avantage pécuniaire, social ou politique. L'expression « atteinte sexuelle » désigne toute intrusion physique à caractère sexuel commise par la force, sous la contrainte ou à la faveur d’un rapport inégal, ou la menace d’une telle intrusion.

Sera dûment prise en considération l'importance d'un recrutement effectué sur une base géographique aussi large que possible. Aucune restriction ne sera imposée par l'Organisation à l'accès des hommes et des femmes, dans des conditions égales, à toutes les fonctions, dans ses organes principaux et subsidiaires. Le Secrétariat de l'Organisation des Nations Unies est un espace non-fumeurs.

Les candidats sont invités à respecter scrupuleusement toutes les instructions disponibles sur la plateforme de recrutement en ligne Inspira. Pour des informations plus détaillées, ils ou elles peuvent consulter le manuel d'instructions pour le candidat, en cliquant sur le lien hypertexte « Manuels » sur le côté supérieur droit de la page d'accueil de leur compte Inspira.

Les candidatures feront l'objet d'une évaluation et d'un examen préalables sur la base des informations soumises conformément aux critères d'évaluation de l'avis de vacance de poste et aux dispositions législatives internes applicables de l'Organisation des Nations Unies, notamment la Charte des Nations Unies, les résolutions de l'Assemblée générale, le Statut et le Règlement du personnel, les textes administratives et les directives. Les candidats doivent fournir des informations exhaustives et précises conformément aux instructions fournies sur la plateforme Inspira. Une fois la candidature envoyée, aucune modification, suppression ou révision, ni aucun ajout ou changement ne pourra être fait. Il sera procédé à une vérification des références des candidats faisant l'objet d'une attention particulière pour s'assurer de l'exactitude des renseignements qu’ils ont fournis dans leur candidature.

Les avis de vacance de postes publiés sur le Portail des carrières sont retirés à 11:59 p.m. (heure de New York), le jour de la date limite de dépôt des candidatures.

Aucun frais de dossier

L'ONU NE PERÇOIT DE FRAIS À AUCUN STADE DU RECRUTEMENT (DÉPÔT OU TRAITEMENT DE LA CANDIDATURE, ENTRETIEN, FORMATION, ETC.), ET ELLE NE DEMANDE AUCUNE INFORMATION BANCAIRE.

Désolé, cet appel à candidature n'est plus disponible.
partager
Accueil | Confidentialite | Plan du site | Courriers frauduleux | Contactez-nous
Copyright 2021 United Nations. All rights reserved