vacance de poste

Intitulé publication: DIRECTEUR/DIRECTRICE, AFFAIRES POLITIQUES (D-2), D2
Intitulé code d’emploi: DIRECTOR POLITICAL AFFAIRS
Département / Bureau: Département des affaires politiques et de la consolidation de la paix
Lieu d'affectation: NEW YORK
Période de candidature: 10 février 2021 - 26 mars 2021
No de l’appel á candidature: 21-Political Affairs-DPPA-147754-D-New York (R)
Staffing Exercise N/A
Valeurs fondamentales de l'ONU: intégrité, professionnalisme, respect de la diversité
Désolé, cet appel à candidature n'est plus disponible.
Cadre organisationnel

Le poste est à pourvoir au Bureau du Sous-Secrétaire général à l’appui à la consolidation de la paix, qui relève du Bureau d’appui à la consolidation de la paix (Département des affaires politiques et de la consolidation de la paix). Le (la) Directeur(trice) des affaires politiques et Chef adjoint(e) du Bureau d’appui à la consolidation de la paix relève directement du (de la) Sous-secrétaire général(e) chargé(e) du Bureau d’appui à la consolidation de la paix. Le poste est situé à New York, qui est un lieu d’affectation de catégorie H et famille autorisée.

Créé en 2005, le Bureau d’appui à la consolidation de la paix contribue au maintien de la paix en encourageant la communauté internationale à accompagner les efforts de consolidation de la paix menés par les pays eux-mêmes. Il aide et appuie la Commission de consolidation de la paix, administre le Fonds pour la consolidation de la paix au nom du Secrétaire général et s’efforce d’améliorer la cohérence du système et de renforcer les partenariats avec les acteurs des Nations Unies et d’autres acteurs aux fins de la consolidation et de la pérennisation de la paix dans les pays concernés.

Le Département des affaires politiques et de la consolidation de la paix axe ses activités sur les cinq domaines d’action relatifs à la paix et à la sécurité internationales suivants : analyse approfondie et alerte rapide ; prévention des conflits et instauration de la paix ; gestion des crises politiques et des conflits violents ; pérennisation de la paix ; renforcement des partenariats. Il a pour mandat de prévenir et de régler les conflits par des solutions politiques inclusives.

Responsabilités

Dans les limites des pouvoirs qui lui sont délégués, le (la) titulaire s’acquitte des fonctions ci-après :

• Encadrer l’équipe dirigeante du Bureau d’appui à la consolidation de la paix, gérer le Bureau dans son ensemble en veillant à la bonne exécution de ses activités, notamment en évaluant la performance des hauts responsables du Bureau, en s’assurant de l’application effective de la stratégie relative à la réforme et au personnel du Bureau et en favorisant l’obtention de bons résultats, et assurer une gestion efficace du Bureau.
• S’occuper, au nom du (de la) Sous-Secrétaire général(e), des questions de politique générale et des questions opérationnelles et assurer la direction, l’orientation et la gestion stratégiques des travaux du Bureau d’appui à la consolidation de la paix en vue d’aider la Commission de consolidation de la paix et le système des Nations Unies à formuler des stratégies et des politiques de consolidation de la paix et de renforcer l’organisation et les capacités du Bureau.
• Appuyer le (la) Sous-Secrétaire général(e) en supervisant l’élaboration de politiques relatives à la consolidation de la paix et en proposant des directives et des plans d’action en vue d’apporter des solutions immédiates et à long terme aux problèmes liés à la consolidation de la paix, tant sur le plan conceptuel qu’au niveau des pays, recenser les problèmes nouveaux en matière de consolidation de la paix, analyser les incidences et recommander des stratégies et mesures possibles.
• Diriger et gérer l’élaboration des stratégies de consolidation de la paix destinées à étayer les délibérations de la Commission de consolidation de la paix et des hauts responsables des Nations Unies sur le terrain, notamment en facilitant l’élaboration, l’ajustement et le suivi des instruments d’intervention de la Commission de consolidation de la paix, les synergies avec le Fonds pour la consolidation de la paix et les efforts menés au niveau international ; contrôler les initiatives de stabilisation et les activités de redressement au sens large menées dans les pays sortant d’un conflit ; formuler des avis à l’intention du Conseil de direction de l’ONU et des hauts représentants des Missions permanentes auprès de l’ONU.
• Conseiller les parties prenantes de la Commission de consolidation de la paix et les pays au sujet des stratégies de mobilisation et de consolidation de la paix à adopter, et évaluer les progrès accomplis dans l’exécution des plans visant à favoriser la consolidation de la paix dans les pays concernés.
• Assurer la coordination des programmes et des politiques et garantir des synergies avec les différentes entités des Nations Unies, notamment avec les départements, les fonds, les organismes, les programmes et les organes principaux, notamment le Conseil de sécurité et l’Assemblée générale, et représenter le Bureau d’appui à la consolidation de la paix dans les instances de coordination de haut niveau et les activités de planification stratégique.
• Entretenir, en étroite coordination avec le (la) Sous-Secrétaire général(e), des contacts suivis avec les hauts responsables des missions (représentants spéciaux du Secrétaire général et leurs adjoints), les coordonnateurs résidents et les équipes de pays des Nations Unies.
• Superviser en particulier les activités visant à renforcer la coopération et la collaboration avec les partenaires et parties prenantes externes, notamment ceux en Afrique, tels que la Banque africaine de développement, l’Union africaine, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), etc.
• Coordonner et superviser l’établissement de rapports à présenter aux organes intergouvernementaux tels que le Comité consultatif pour les questions administratives et budgétaires, le Comité du programme et de la coordination, le Conseil économique et social, l’Assemblée générale et d’autres organes directeurs, selon qu’il convient.
• Faire rapport aux organes intergouvernementaux sur l’exécution du budget et du programme ou, selon qu’il conviendra, sur des questions de fond ou de programmation, en particulier celles qui figurent dans les rapports biennaux ou annuels.
• En collaboration étroite avec l’assistant(e) spécial(e) du (de la) Sous-Secrétaire général(e) et le (la) spécialiste de la gestion administrative du Bureau d’appui à la consolidation de la paix, exécuter ou superviser les tâches administratives ou les tâches liées aux programmes selon les besoins, notamment l’élaboration des budgets, la définition et le suivi des paramètres d’efficacité et indicateurs essentiels, l’établissement de rapports sur l’exécution des budgets et des programmes, la préparation de contributions à la budgétisation axée sur les résultats, la notation du personnel, les entretiens avec les candidats aux postes vacants et leur évaluation.
• Présider des réunions et des séminaires consacrés à des questions de fond et d’orientation, représenter l’Organisation lors de réunions, conférences et séminaires internationaux, régionaux et interinstitutions ; apporter son concours en ce qui concerne les aspects techniques ou les programmes et participer aux échanges de vues avec des représentants d’autres institutions concernant les programmes, des questions de fond et des sujets touchant l’Organisation.
• Représenter le (la) Sous-Secrétaire général(e) dans les organes intergouvernementaux et les organes de coordination intersecrétariats et le (la) remplacer si nécessaire.
• S’acquitter d’autres tâches connexes à la demande des hauts responsables de l’Organisation.

Compétences

PROFESSIONALISME
• Savoir formuler des politiques et des stratégies à large portée géographique qui concernent la consolidation de la paix et d’autres questions connexes.
• Être capable de rédiger des rapports et d’autres documents portant sur des questions techniques et des sujets de fond, savoir réviser les travaux d’autres personnes.
• Connaître les politiques, le mode de gestion, les systèmes administratifs et budgétaires, le dispositif de dotation en personnel, les procédures et les règlements de l’ONU.
• Être capable d’exposer oralement et par écrit des notions complexes ainsi que de rédiger des rapports clairs, concis et pertinents.
• Être capable de défendre le bien-fondé de décisions et prises de position difficiles au sujet de questions importantes devant les membres du personnel, les hauts fonctionnaires et les membres d’organes intergouvernementaux.
• Adapter le langage, le ton, le style et la présentation au public auquel on s’adresse.
• Partager l’information avec tous ceux qu’elle intéresse et tenir chacun au courant.
• Tirer fierté de son travail et de ses réalisations.
• Faire preuve de compétence professionnelle et de maîtrise du sujet.
• Apporter à l’exécution de ses tâches la conscience et le souci d’efficacité voulus pour être en mesure d’honorer les engagements contractés, de tenir les délais impartis et d’obtenir les résultats escomptés.
• Agir pour des motifs professionnels plutôt que personnels.
• Persévérer face aux obstacles et aux difficultés.
• Garder son calme dans les situations de crise.
• Prendre la responsabilité de tenir compte des questions de genre et d’assurer l’égale participation des femmes et des hommes dans toutes les activités.

SENS DES RESPONSABILITÉS
• Assumer toutes ses responsabilités et honorer ses engagements.
• Livrer les produits dont on a la responsabilité dans les délais et au coût prévus, en se tenant aux normes de qualité.
• Se conformer aux règles et procédures de l’Organisation.
• Soutenir ses subordonnés, les encadrer et assumer la responsabilité des tâches qui leur sont déléguées.
• Prendre personnellement la responsabilité de ses propres erreurs et, le cas échéant, de celles de son service.

APTITUDE À LA COMMUNICATION
• S’exprimer clairement et efficacement, tant oralement que par écrit.
• Écouter les autres, bien les comprendre et donner suite comme il convient.
• Poser les questions voulues afin d’obtenir des éclaircissements et faciliter le dialogue.
• Adapter le langage, le ton, le style et la présentation au public auquel on s’adresse.
• Partager l’information avec tous ceux qu’elle intéresse et tenir chacun au courant.

Compétences en matière d’encadrement

QUALITÉS DE CHEF
• Servir de modèle à son entourage.
• Armer chacun des membres de son équipe des atouts nécessaires pour atteindre les objectifs visés.
• S’employer avec dynamisme à mettre au point les stratégies opérationnelles requises.
• Établir et entretenir des relations très diverses afin de comprendre les besoins et de s’assurer des appuis.
• Prévoir les conflits et s’efforcer de les résoudre à l’amiable.
• S’investir dans le changement et le progrès.
• Ne pas se cantonner dans le statu quo.
• Avoir le courage de prendre des positions impopulaires.
• Prendre l’initiative et la responsabilité de tenir compte des questions de genre et d’assurer l’égale participation des femmes et des hommes dans toutes les activités.
• Faire la preuve d’une bonne connaissance des stratégies visant à équilibrer les effectifs masculins et féminins et manifester la volonté d’atteindre cet objectif.

SÛRETÉ DE JUGEMENT/APTITUDE À DÉCIDER
• Discernement et esprit d’initiative.
• Imagination.
• Ingéniosité.
• Dynamisme et aptitude avérée à fournir des orientations stratégiques et à mettre en place des structures de travail efficaces permettant d’accroître au maximum la productivité et d’atteindre les objectifs.
• Discerner les éléments clefs dans les situations complexes et aller rapidement au cœur du problème.
• Recueillir toute l’information nécessaire avant de prendre une décision.
• S’interroger sur l’incidence à la fois bénéfique et préjudiciable que les décisions peuvent avoir avant de se déterminer.
• Ne prendre de décisions qu’après en avoir mesuré les conséquences pour autrui et pour l’Organisation.
• Ne proposer de lignes d’action ou formuler de recommandations qu’en toute connaissance de cause.
• Vérifier les hypothèses en les confrontant aux faits.
• S’assurer que les dispositions qu’il est envisagé de prendre répondent aux besoins explicitement ou implicitement exprimés.
• Savoir prendre des décisions douloureuses quand les circonstances l’exigent.

Formation

Diplôme universitaire du niveau du master dans l’un des domaines suivants ou dans une discipline apparentée : sciences politiques, relations internationales, sciences sociales, finance, administration des entreprises, gestion. À défaut, diplôme universitaire du premier cycle assorti de deux années supplémentaires d’expérience pertinente.

Expérience professionnelle

Au moins quinze ans d’expérience au niveau international, à des niveaux de responsabilité de plus en plus élevés, dans les domaines de la consolidation de la paix, de la transition après les conflits et les crises, de la gouvernance ou de la gestion des programmes et des activités y relatives.
Une expérience des activités de consolidation de la paix dans des pays en conflit, sortant d’un conflit ou en transition est exigée.
Une expérience en tant que haut(e) représentant(e) d’une organisation ou d’une institution est exigée.
Une expérience de travail et des compétences spécialisées sur l’Afrique est souhaitable.
Une expérience de la gestion axée sur les résultats est souhaitable.

Connaissances linguistiques

L’anglais et le français sont les langues de travail du Secrétariat de l’ONU. Pour ce poste, la maîtrise de l’anglais est exigée. La connaissance du français est souhaitable. La connaissance d’une autre langue officielle de l’ONU est un atout.

Méthode d'évaluation

Les candidat(e)s qualifié(e)s pourront être invité(e)s à participer à une évaluation puis, éventuellement, à un entretien axé sur les compétences. Les valeurs fondamentales et les compétences seront évaluées tout au long de la procédure.

Notice spéciale

• Les fonctionnaires sont soumis(es) à l’autorité du Secrétaire général, qui décide de leur affectation. Au fil de leur carrière, ils (elles) sont censé(e)s changer de fonctions périodiquement, conformément aux règles et procédures en vigueur.

• L’engagement ne sera prolongé que si le mandat du Bureau est prorogé et si les fonds nécessaires sont disponibles.

Pour pouvoir poser leur candidature, les fonctionnaires du Secrétariat doivent avoir à leur actif le nombre requis de mutations latérales ou géographiques (définies dans l’instruction administrative ST/AI/2016/1), lesquelles seront indiquées dans la notice personnelle et la lettre de couverture.

• Le Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies tenant à ce que son personnel comprenne autant de femmes que d’hommes, les candidatures de femmes sont fortement encouragées.

• Des antécédents impeccables du point de vue de l’intégrité et du respect des règles déontologiques sont indispensables. Tou(te)s les fonctionnaires de classe D-2 ou supérieure doivent remplir une déclaration de situation financière au moment de leur nomination puis chaque année.

• Le poste est financé au moyen du budget ordinaire de l’Organisation.

Pour ce poste, les personnes originaires des États Membres suivants, qui étaient sous-représentés ou n’étaient pas représentés au Secrétariat de l’ONU au 30 novembre 2020, sont vivement encouragées à faire acte de candidature :
Afghanistan, Andorre, Angola, Antigua-et-Barbuda, Arabie saoudite, Bahreïn, Belize, Brésil, Brunéi Darussalam, Cabo Verde, Cambodge, Chine, Comores, Cuba, Djibouti, Dominique, Émirats arabes unis, États-Unis d’Amérique, Fédération de Russie, Gabon, Grenade, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Îles Marshall, Îles Salomon, Japon, Kiribati, Koweït, Lesotho, Libéria, Libye, Liechtenstein, Luxembourg, États fédérés de Micronésie, Monaco, Mozambique, Namibie, Nauru, Norvège, Oman, Palaos, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Qatar, République bolivarienne du Venezuela, République de Corée, République démocratique populaire lao, République populaire démocratique de Corée, Sainte-Lucie, Saint-Marin, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Sao Tomé-et-Principe, Soudan du Sud, Suriname, Timor-Leste, Turkménistan, Tuvalu, Vanuatu.

Charte des Nations Unies

Aux termes du paragraphe 3 de l’Article 101 de la Charte des Nations Unies, la considération dominante dans le recrutement du personnel doit être la nécessité d’assurer à l’Organisation les services de personnes possédant les plus hautes qualités de travail, de compétence et d’intégrité. Ne seront pas retenues les candidatures des personnes qui ont commis des violations du droit international des droits de l’homme, des violations du droit international humanitaire, des actes d’exploitation, d’atteintes ou de harcèlement sexuels, ou au sujet desquelles il existe des raisons plausibles de croire qu’elles ont été impliquées dans la commission de tels actes. L’expression « exploitation sexuelle » désigne le fait d’abuser ou de tenter d’abuser d’un état de vulnérabilité, d’un rapport de force inégal ou de rapports de confiance à des fins sexuelles, y compris mais non exclusivement en vue d’en tirer un avantage pécuniaire, social ou politique. On entend par « atteinte sexuelle » toute atteinte physique de nature sexuelle commise par la force, sous la contrainte ou à la faveur d’un rapport inégal, ou la menace d’une telle atteinte. Le harcèlement sexuel s'entend de tout comportement déplacé à connotation sexuelle raisonnablement propre ou de nature à choquer ou humilier, lorsqu'il entrave la bonne marche du service, est présenté comme une condition d'emploi ou crée au lieu de travail un climat d'intimidation, d'hostilité ou de vexation, et lorsque ce comportement est assez grave pour justifier le licenciement de son auteur. La candidature de personnes qui ont commis des infractions autres que des infractions mineures au code de la route ne sera pas retenue.

Sera dûment prise en considération l'importance d'un recrutement effectué sur une base géographique aussi large que possible. Aucune restriction ne sera imposée par l'Organisation à l'accès des hommes et des femmes, dans des conditions égales, à toutes les fonctions, dans ses organes principaux et subsidiaires. Le Secrétariat de l'Organisation des Nations Unies est un espace non-fumeurs.

La considération dominante dans l’engagement, la mutation ou la promotion du personnel est la nécessité de s’assurer les services de personnes possédant les plus hautes qualités de travail, de compétence et d’intégrité. En acceptant une offre d’engagement, les membres du personnel sont soumis(es) à l’autorité du Secrétaire général, qui peut leur assigner l’une quelconque des tâches ou l’un quelconque des postes de l’Organisation des Nations Unies, conformément à l’alinéa c) de l’article 1.2 du Statut du personnel. Dans ce contexte, tous les membres du personnel recrutés sur le plan international sont tenus de changer de fonctions périodiquement à l’intérieur d’un même lieu d’affectation ou dans un autre lieu d’affectation, dans les conditions fixées par le Secrétaire général.

Les candidats sont invités à respecter scrupuleusement toutes les instructions disponibles sur la plateforme de recrutement en ligne Inspira. Pour des informations plus détaillées, ils ou elles peuvent consulter le manuel d'instructions pour le candidat, en cliquant sur le lien hypertexte « Manuels » sur le côté supérieur droit de la page d'accueil de leur compte Inspira.

Les candidatures feront l'objet d'une évaluation et d'un examen préalables sur la base des informations soumises conformément aux critères d'évaluation de l'avis de vacance de poste et aux dispositions législatives internes applicables de l'Organisation des Nations Unies, notamment la Charte des Nations Unies, les résolutions de l'Assemblée générale, le Statut et le Règlement du personnel, les textes administratives et les directives. Les candidats doivent fournir des informations exhaustives et précises conformément aux instructions fournies sur la plateforme Inspira. Une fois la candidature envoyée, aucune modification, suppression ou révision, ni aucun ajout ou changement ne pourra être fait. Il sera procédé à une vérification des références des candidats faisant l'objet d'une attention particulière pour s'assurer de l'exactitude des renseignements qu’ils ont fournis dans leur candidature.

Les avis de vacance de postes publiés sur le Portail des carrières sont retirés à 11:59 p.m. (heure de New York), le jour de la date limite de dépôt des candidatures.

Aucun frais de dossier

L’ONU NE PERÇOIT DE FRAIS À AUCUN STADE DU RECRUTEMENT (DÉPÔT OU TRAITEMENT DE LA CANDIDATURE, ENTRETIEN, FORMATION, ETC.), ET ELLE NE DEMANDE AUCUNE INFORMATION BANCAIRE.

Désolé, cet appel à candidature n'est plus disponible.
partager
Accueil | Confidentialite | Plan du site | Courriers frauduleux | Contactez-nous
Copyright 2022 United Nations. All rights reserved