vacance de poste

Intitulé publication: Spécialiste des droits de l’homme, P4
Intitulé code d’emploi: Spécialiste des droits de l’homme
Département / Bureau: Mission intégrée des Nations Unies pour l’assistance à la transition au Soudan
Lieu d'affectation: EL FASHER
Période de candidature: 29 janvier 2021 - 12 février 2021
No de l’appel á candidature: 21-Human Rights Affairs-UNITAMS-148745-F-El Fasher (M)
Staffing Exercise N/A
Valeurs fondamentales de l'ONU: intégrité, professionnalisme, respect de la diversité
Désolé, cet appel à candidature n'est plus disponible.
Cadre organisationnel

Ce poste est à pourvoir au sein de la Mission intégrée des Nations Unies pour l’assistance à la transition au Soudan (MINUATS).

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté la Résolution 2524 (2020) autorisant le mandat de MINUATS qui sera d’assister la transition politique, les avancées vers une gouvernance démocratique ainsi qu’en matière de protection et de promotion des droits de l’homme, et la paix durable ; l’appui aux processus de paix et à la mise en œuvre des futurs accords de paix, l’appui à la consolidation de la paix, la protection des civils et l’état de droit en particulier au Kordofan méridional et au Nil-Bleu (les Deux Zones) et au Darfour ; ainsi que l’appui à la mobilisation de l’assistance économique et de l’aide au développement et la coordination de l’aide humanitaire.

Le poste est basé dans le Bureau régionaul de El Fasher au Soudan. El Fasher est classé comme dun lieu d’affectation famille non autorisée et dans la catégorie “E”, lieu d'affectation difficile. Le titulaire relèvera du (de la) spécialiste des droits humains (hors classe) en coordination avec le (la) Chef du bureau.

Responsabilités

Dans les limites des pouvoirs qui lui sont délégués, le (la) spécialiste des droits humains s’acquitte des fonctions ci-après :

•Superviser et coordonner l’exécution du mandat de défense des droits humains et de protection des civils au Darfour ; formuler des recommandations et suggérer des stratégies en vue de mieux promouvoir et protéger les droits humains dans la zone de la Mission, y compris pour les processus de paix ;
•Apporter un soutien à la mise en œuvre de stratégies de défense des droits humains et de protection des civils dans la région du Darfour et à l’élaboration de plans d’action en matière de protection, notamment le Plan national de protection des civils ;
•Coordonner, superviser et mener des activités de surveillance des droits humains conformément à la méthodologie des Nations Unies (ONU) et en rapport avec le respect du droit international des droits de l’homme et du droit international humanitaire dans la zone de responsabilité ;
•Travailler directement avec d’autres composantes de la Mission intégrée des Nations Unies pour l’assistance à la transition au Soudan (MINUATS), y compris les conseillers pour les questions de police, de manière que les considérations relatives aux droits humains soient prises en compte dans la planification et l’examen des programmes, notamment en élaborant des procédures et des politiques, le cas échéant ;
•Œuvrer en étroite collaboration avec la Conseillère pour la protection des femmes et le (la) spécialiste de la protection de l’enfance afin de coordonner les activités visant à lutter contre les violences sexuelles liées aux conflits et les violations graves commises contre les enfants pendant les conflits armés ;
•Planifier, concevoir, mettre en œuvre et évaluer les stratégies de transversalisation des droits humains dans les activités de la MINUATS et de l’équipe de pays des Nations Unies et plaider en faveur de la prise en compte des droits humains dans ces programmes ;
•Contribuer à la prise en compte des droits humains dans l’action humanitaire, en coordonnant les activités de préparation aux situations d’urgence et d’intervention (ou en y participant), y compris dans le cadre des travaux du groupe chargé de la protection, le cas échéant ;
•Contribuer aux stratégies de plaidoyer, mener une activité de plaidoyer et conseiller les autorités compétentes, y compris les fonctionnaires de l’État, l’équipe de pays des Nations Unies et l’équipe de pays pour l’action humanitaire, les hauts responsables des Nations Unies et du Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH) sur les stratégies à adopter pour mieux protéger et promouvoir les droits humains et sur des mécanismes destinés à mettre fin à l’impunité et à réparer les violations des droits humains ;
•Établir et maintenir le contact avec les autorités locales, la société civile, les dirigeants communautaires et les réseaux de protection, les organismes, fonds et programmes des Nations Unies ayant des mandats complémentaires, et d’autres partenaires compétents afin qu’ils rendent compte de la situation des droits humains dans la zone de la Mission, et donner des conseils sur les questions stratégiques et politiques afin de mieux protéger et promouvoir les droits humains ;
•Contribuer à la prise en compte des perspectives et considérations de genre et des questions spécifiques aux droits des femmes et des filles dans l’ensemble des activités, programmes et stratégies ;
•Faciliter la coopération et la communication appropriée avec le HCDH dans l’établissement de politiques et la diffusion des meilleures pratiques ;
•Représenter la composante Droits de l’homme dans les instances de prise de décision, le cas échéant ;
•Établir et maintenir des relations de travail efficaces avec d’autres acteurs des Nations Unies et d’autres organisations, les autorités nationales, les donateurs et d’autres parties prenantes pour une véritable coordination des politiques ;
•Favoriser la coordination entre tous les titulaires de mandats relatifs aux droits humains qui sont présents dans la zone de la Mission ;
•Analyser et synthétiser des quantités importantes d’informations pertinentes pour les droits humains, y compris celles provenant de sources ouvertes ;
•S’adresser à divers acteurs des Nations Unies pour recueillir et analyser des informations relatives aux droits humains ;
•Favoriser la circulation efficace de l’information et acheminer l’analyse et les sujets de préoccupation dans le domaine des droits humains pour qu’ils soient pris en compte dans l’approche des Nations Unies en matière de gestion des crises et d’intervention ;
•Coordonner le suivi et l’évaluation du système juridique et de sa conformité avec les normes et instruments internationaux relatifs aux droits humains, et conseiller les autorités compétentes, le cas échéant, notamment au sujet de la mise en œuvre des recommandations des Nations Unies ;
•Planifier, coordonner et diriger des équipes multidisciplinaires pour la conduite d’enquêtes sur des allégations de violations du droit international des droits de l’homme et du droit international humanitaire, conformément aux normes des Nations Unies ;
•Collaborer avec les autorités nationales et la société civile à la mise en place de processus de justice transitionnelle et à la création de mécanismes de responsabilisation et d’indemnisation, le cas échéant ;
•Conseiller les autorités nationales sur la législation nationale relative aux processus de justice transitionnelle ;
•Concevoir, coordonner et évaluer les activités de renforcement des capacités, y compris celles qui contribuent au renforcement des institutions et aux réformes institutionnelles, dans une double perspective d’harmonisation avec les normes internationales en matière de droits humains et de respect des obligations en matière de droit international des droits de l’homme ;
•Se concerter avec les autres composantes des missions des Nations Unies, les acteurs des Nations Unies et d’autres organisations régionales et internationales afin de créer des possibilités d’intégration des droits humains dans leurs programmes de formation et de coopération, y compris ceux qui visent des réformes de la législation, de l’état de droit et du secteur de la sécurité ;
•Contribuer à la mise en œuvre de la politique de diligence voulue en matière de droits de l’homme en cas d’appui de l’ONU à des forces de sécurité non onusiennes (et, le cas échéant, en assurer la coordination), notamment en coordonnant les estimations des risques et en veillant à ce que les informations pertinentes en matière de surveillance des droits humains soient recueillies, et donner des conseils sur le soutien et le suivi de la mise en œuvre de ladite politique ;
•Contribuer à la prise en compte des droits humains dans les efforts de la Mission quant à la protection des civils et, le cas échéant, coordonner ces actions, notamment en cartographiant et en signalant les risques qui compromettent cette protection, en lançant des alertes rapides, en conseillant les responsables de la Mission sur les questions de protection des droits humains et en travaillant en étroite collaboration avec les mécanismes de protection locaux et les intervenants concernés ;
•Superviser l’établissement de rapports sur la situation des droits humains et de la protection au Darfour et veiller à ce que les menaces, la violence et les violations soient répertoriées et analysées en vue d’une alerte rapide et d’une cartographie des tendances ; établir et revoir divers rapports, exposés et autres types de communications conformément aux normes établies, y compris en ce qui concerne les rapports publics sur les droits humains, et en coordonner la présentation en temps voulu ;
•Prendre en charge, coordonner et superviser la saisie en temps utile, dans la base de données établie, de cas précis et confirmés d’affaires relatives aux droits humains ; effectuer le contrôle de la qualité et produire des statistiques et des rapports sur les tendances, selon les besoins ;
•Veiller à l’intégration de la méthodologie élaborée par les Nations Unies dans les activités de surveillance, de communication d’informations, de protection et d’enquête en matière de droits humains ;
•Dialoguer avec les autorités de l’État, les institutions garantes de l’état de droit et les parties au conflit pour promouvoir l’application du principe de responsabilité et plaider en faveur de l’amélioration de la situation des droits humains au Darfour ; veiller à ce que le point de vue des victimes soit pris en compte (dans une perspective tenant compte des questions de genre) dans la prestation de conseils sur la conception des processus de justice transitionnelle ;
•Intégrer les questions relatives aux droits humains dans la planification et l’examen des conseils et du soutien apportés à la police et aux autres services de sécurité, le cas échéant ;
•Faire office de chef d’équipe et, à ce titre, assurer, en concertation avec le (la) spécialiste des droits humains (hors classe), la coordination des travaux et les fonctions administratives relatives au personnel, à la planification et au budget ;
•Aider à l’élaboration, à la coordination et à la mise en œuvre du plan de travail relatif aux droits humains ; évaluer ou aider à évaluer les progrès réalisés et propose des ajustements, au besoin ;
•Former, encadrer et superviser les recrues et les employés moins expérimentés, assurer le suivi de leur comportement professionnel et participer à l’évaluation des besoins en matière de formation ;
•S’acquitter de toutes autres tâches connexes qui pourraient lui être confiées.

Compétences

Professionnalisme : sensibilité avérée à l’environnement politique et social et capacité à adapter ses comportements en conséquence ; connaissance approfondie des principes des droits humains, des mécanismes internationaux et des concepts connexes, notamment la protection des civils, la justice transitionnelle, l’action humanitaire, le désarmement, la démobilisation et la réintégration, les réformes de la législation et de l’état de droit, la prise en compte de la dimension de genre et la violence sexuelle liée aux conflits, ainsi qu’une bonne compréhension des questions liées à la prise en compte des droits humains dans les missions de paix des Nations Unies ; connaissance approfondie des mandats institutionnels, des structures organisationnelles et des politiques au sein des Nations Unies, ainsi que des directives et des méthodologies relatives aux droits humains ; capacité à entretenir des relations de travail efficaces avec d’autres acteurs des Nations Unies, les ONG, et les parties prenantes des États ou des gouvernements, et à plaider pour le respect et la prise en compte des droits humains dans diverses instances ; capacité à procéder à une analyse approfondie des problèmes politiques, ethniques, raciaux, fondés sur le genre, sociaux, économiques et autres liés aux droits humains afin d’en évaluer l’impact et de formuler des recommandations stratégiques concrètes pour améliorer les situations ; capacité à rechercher des méthodes de travail nouvelles et améliorées, à partager les meilleures pratiques et à intégrer les enseignements tirés de l’action de la composante Droits de l’homme ; capacité à établir des liens et une prise en compte réciproques entre les questions, les activités et les perspectives relatives aux droits humains et d’autres domaines, notamment l’action humanitaire, le développement, l’état de droit, les réformes législatives et le soutien aux élections ; connaissance et expérience approfondies de la gestion de projets et capacité à planifier, mettre en œuvre, coordonner et évaluer des initiatives de renforcement des capacités pour de multiples parties prenantes ; compréhension de la pertinence des informations recueillies par les différents acteurs des Nations Unies pour l’analyse des droits humains, et capacité à rechercher et à repérer ces informations ; capacité à synthétiser d’importantes quantités d’informations et à produire des analyses sur les droits humains en puisant à toutes les sources d’information disponibles, y compris les sources ouvertes ; compréhension avérée de la pertinence de la gestion des informations et des données et de son applicabilité au travail sur les droits humains ; capacité à identifier les moyens de communication appropriés pour acheminer les informations pertinentes sur les droits humains à des fins de gestion des crises et d’intervention ; capacité à remplir un rôle de conseiller, à partager les connaissances dans son domaine d’expertise et à dispenser des formations aux collègues et aux parties prenantes externes. Tirer fierté de son travail et de ses réalisations ; faire preuve de compétence professionnelle et de maîtrise du sujet ; apporter à l’exécution de ses tâches la conscience et le souci d’efficacité voulus pour être en mesure d’honorer les engagements contractés, de tenir les délais impartis et d’obtenir les résultats escomptés ; agir pour des motifs professionnels plutôt que personnels ; persévérer face aux obstacles et aux difficultés ; garder son calme dans les situations de crise ; prendre la responsabilité de tenir compte des questions de genre et d’assurer l’égale participation des femmes et des hommes dans toutes les activités.

Aptitude à la communication : s’exprimer clairement et efficacement, tant oralement que par écrit ; écouter les autres, bien les comprendre et donner suite comme il convient ; poser les questions voulues afin d’obtenir des éclaircissements et de faciliter le dialogue ; adapter le langage, le ton, le style et la présentation au public auquel on s’adresse ; partager l’information avec tous ceux qu’elle intéresse et tenir chacun au courant.

Esprit d’équipe : collaborer avec ses collègues afin d’atteindre les objectifs de l’Organisation ; solliciter les apports, apprécier à leur juste valeur les idées et la compétence de chacun ; être disposé à apprendre d’autrui ; faire passer l’intérêt de l’équipe avant son avantage personnel ; accepter les décisions finales du groupe et s’y conformer, même si elles ne cadrent pas parfaitement avec sa position propre ; partager les réussites de l’équipe et assumer sa part de responsabilité dans ses échecs.

Suivi du comportement professionnel : déléguer les pouvoirs, l’autorité et la compétence requis à ses subordonnés ; veiller à ce que les rôles, les responsabilités et la chaîne hiérarchique soient clairs pour tous ; estimer avec précision le temps et les ressources nécessaires pour accomplir une tâche et tirer le meilleur parti des compétences ; suivre l’avancement du travail au regard des échéances ; s’entretenir régulièrement avec ses subordonnés des résultats qu’ils obtiennent, leur faire savoir comment leur apport est perçu et leur donner les conseils nécessaires ; encourager le risque et soutenir la créativité et l’initiative ; appuyer activement les aspirations professionnelles de ses collaborateurs ; faire preuve de justice dans la notation.

Formation

Diplôme universitaire du niveau du master dans l’un des domaines suivants ou dans une discipline apparentée : droit, science politique, relations internationales, sciences sociales. À défaut, diplôme universitaire du premier cycle assorti de deux années supplémentaires d’expérience pertinente.

Expérience professionnelle

Au moins sept (7) ans d’expérience professionnelle, à des niveaux de responsabilité de plus en plus élevés, dans le domaine des droits humains ou un domaine connexe, dont au moins la moitié dans le domaine des droits humains.
Une expérience de la surveillance du respect des droits humains et de l’établissement de rapports à ce sujet est exigée.
Une expérience dans la défense des droits humains ou dans la conception et la gestion de programmes de renforcement des capacités est exigée.
Un minimum d’un (1) an d’expérience dans la prestation de services dans le domaine des droits humains ou dans une opération hors siège du système des Nations Unies ou d’une autre organisation internationale ou non gouvernementale comparable est souhaitable.
Un minimum d’un (1) an d’expérience dans une fonction de direction et de supervision d’une équipe est souhaitable.
Une expérience avérée de la lutte contre la violence sexuelle et fondée sur le genre, y compris la violence sexuelle liée aux conflits, est souhaitable.
Une expérience dans le domaine de la protection des droits humains, notamment de la collaboration avec l’armée et la police pour la protection des civils, est souhaitable.

Connaissances linguistiques

L’anglais et le français sont les langues de travail du Secrétariat de l’ONU. Pour le poste à pourvoir, la maîtrise de l’anglais est exigée. La connaissance de l’arabe est souhaitable.

Méthode d'évaluation

Les candidats déjà placés sur l’une des listes de réserve ne feront pas l’objet d’une nouvelle évaluation, et par conséquent ne seront pas invités à passer d’épreuve ni écrite ni orale.

Notice spéciale

Le/la candidat(e) sélectionné(e) devra débuter ses fonctions le plus rapidement possible.

Il est à noter qu'en raison de la situation actuelle avec la COVID-19 et les restrictions de voyage imposées par les autorités nationales, les candidats sélectionnés peuvent être tenus de commencer leurs fonctions à distance, en accord avec le responsable du recrutement et jusqu'à nouvel ordre.

Postuler à cette vacance de poste implique l'acceptation du poste en cas de sélection.

Le Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies tient à ce que son personnel comprenne autant de femmes que d’hommes et souhaite que la représentation géographique soit aussi diverse que possible. Les candidatures féminines sont fortement encouragées. Au fil de leur carrière, les membres du personnel sont censés changer de fonctions périodiquement, conformément aux règles et procédures en vigueur. Des antécédents impeccables du point de vue de l’intégrité et du respect des règles déontologiques sont indispensables.

Charte des Nations Unies

Aux termes du paragraphe 3 de l’Article 101 de la Charte des Nations Unies, la considération dominante dans le recrutement du personnel doit être la nécessité d’assurer à l’Organisation les services de personnes possédant les plus hautes qualités de travail, de compétence et d’intégrité. Ne seront pas retenues les candidatures des personnes qui ont commis des violations du droit international des droits de l’homme, des violations du droit international humanitaire, des actes d’exploitation, d’atteintes ou de harcèlement sexuels, ou au sujet desquelles il existe des raisons plausibles de croire qu’elles ont été impliquées dans la commission de tels actes. L’expression « exploitation sexuelle » désigne le fait d’abuser ou de tenter d’abuser d’un état de vulnérabilité, d’un rapport de force inégal ou de rapports de confiance à des fins sexuelles, y compris mais non exclusivement en vue d’en tirer un avantage pécuniaire, social ou politique. On entend par « atteinte sexuelle » toute atteinte physique de nature sexuelle commise par la force, sous la contrainte ou à la faveur d’un rapport inégal, ou la menace d’une telle atteinte. Le harcèlement sexuel s'entend de tout comportement déplacé à connotation sexuelle raisonnablement propre ou de nature à choquer ou humilier, lorsqu'il entrave la bonne marche du service, est présenté comme une condition d'emploi ou crée au lieu de travail un climat d'intimidation, d'hostilité ou de vexation, et lorsque ce comportement est assez grave pour justifier le licenciement de son auteur. La candidature de personnes qui ont commis des infractions autres que des infractions mineures au code de la route ne sera pas retenue.

Sera dûment prise en considération l'importance d'un recrutement effectué sur une base géographique aussi large que possible. Aucune restriction ne sera imposée par l'Organisation à l'accès des hommes et des femmes, dans des conditions égales, à toutes les fonctions, dans ses organes principaux et subsidiaires. Le Secrétariat de l'Organisation des Nations Unies est un espace non-fumeurs.

La considération dominante dans l’engagement, la mutation ou la promotion du personnel est la nécessité de s’assurer les services de personnes possédant les plus hautes qualités de travail, de compétence et d’intégrité. En acceptant une offre d’engagement, les membres du personnel sont soumis(es) à l’autorité du Secrétaire général, qui peut leur assigner l’une quelconque des tâches ou l’un quelconque des postes de l’Organisation des Nations Unies, conformément à l’alinéa c) de l’article 1.2 du Statut du personnel. Dans ce contexte, tous les membres du personnel recrutés sur le plan international sont tenus de changer de fonctions périodiquement à l’intérieur d’un même lieu d’affectation ou dans un autre lieu d’affectation, dans les conditions fixées par le Secrétaire général.

Les candidats sont invités à respecter scrupuleusement toutes les instructions disponibles sur la plateforme de recrutement en ligne Inspira. Pour des informations plus détaillées, ils ou elles peuvent consulter le manuel d'instructions pour le candidat, en cliquant sur le lien hypertexte « Manuels » sur le côté supérieur droit de la page d'accueil de leur compte Inspira.

Les candidatures feront l'objet d'une évaluation et d'un examen préalables sur la base des informations soumises conformément aux critères d'évaluation de l'avis de vacance de poste et aux dispositions législatives internes applicables de l'Organisation des Nations Unies, notamment la Charte des Nations Unies, les résolutions de l'Assemblée générale, le Statut et le Règlement du personnel, les textes administratives et les directives. Les candidats doivent fournir des informations exhaustives et précises conformément aux instructions fournies sur la plateforme Inspira. Une fois la candidature envoyée, aucune modification, suppression ou révision, ni aucun ajout ou changement ne pourra être fait. Il sera procédé à une vérification des références des candidats faisant l'objet d'une attention particulière pour s'assurer de l'exactitude des renseignements qu’ils ont fournis dans leur candidature.

Les avis de vacance de postes publiés sur le Portail des carrières sont retirés à 11:59 p.m. (heure de New York), le jour de la date limite de dépôt des candidatures.

Aucun frais de dossier

L’ONU NE PERÇOIT DE FRAIS À AUCUN STADE DU RECRUTEMENT (DÉPÔT OU TRAITEMENT DE LA CANDIDATURE, ENTRETIEN, FORMATION, ETC.), ET ELLE NE DEMANDE AUCUNE INFORMATION BANCAIRE.

Désolé, cet appel à candidature n'est plus disponible.
partager
Accueil | Confidentialite | Plan du site | Courriers frauduleux | Contactez-nous
Copyright 2021 United Nations. All rights reserved