vacance de poste

Intitulé publication: Chef de la section des affaires humanitaires, P5
Intitulé code d’emploi: Chef de la section des affaires humanitaires
Département / Bureau: Bureau de la coordination des affaires humanitaires
Lieu d'affectation: GENEVA
Période de candidature: 16 juin 2021 - 30 juillet 2021
No de l’appel á candidature: 21-Humanitarian Affairs-OCHA-156362-R-Geneva (X)
Staffing Exercise N/A
Valeurs fondamentales de l'ONU: intégrité, professionnalisme, respect de la diversité
Désolé, cet appel à candidature n'est plus disponible.
Cadre organisationnel

Le poste est rattaché à la Section du renforcement de la direction de l’action humanitaire (Service d’appui interorganisations du Bureau de la coordination des affaires humanitaires), à Genève. Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires est l’entité chargée, au sein du Secrétariat de l’ONU, de réunir les acteurs humanitaires en vue d’assurer la cohérence des interventions en situation d’urgence. Il veille également à encadrer la contribution de chaque acteur à l’effort d’intervention général. Il a pour mission de mobiliser et de coordonner une action humanitaire efficace et fondée sur des principes, en partenariat avec des acteurs nationaux et internationaux, pour atténuer les souffrances humaines en cas de catastrophe et de situation d’urgence, de défendre les droits des personnes dans le besoin, de promouvoir la préparation et la prévention et de faciliter la mise en œuvre de solutions durables.

Le (la) chef de la Section du renforcement de la direction de l’action humanitaire fait rapport au (à la) directeur(trice) du Service. Il (elle) est chargé(e) de diriger et de coordonner les efforts déployés par la communauté humanitaire (y compris les membres du Comité permanent interorganisations) visant à garantir que les coordonnateurs résidents et les coordonnateurs des opérations humanitaires des Nations Unies dirigent et coordonnent efficacement les interventions humanitaires dans les pays touchés par une crise.

Responsabilités

Dans les limites des pouvoirs qui lui sont délégués, le (la) titulaire s’acquitte des fonctions ci-après :

1)Élaborer, ajuster en permanence et faire approuver par le Comité permanent interorganisations une vision, une stratégie et des plans d’action pour celui-ci afin de renforcer la direction de la coordination humanitaire notamment par les moyens suivants :
-assurer la liaison avec les coordonnateurs résidents, les coordonnateurs des opérations humanitaires et d’autres parties prenantes de haut niveau du Bureau de la coordination des affaires humanitaires, les partenaires du Comité permanent interorganisations, les organisations non gouvernementales et les États Membres et les écouter afin de connaître leurs avis sur les moyens de renforcer la direction de la coordination humanitaire ;
-prêter son concours aux entités concernées du Comité permanent interorganisations qui traitent des questions de direction (y compris le Groupe des directeurs de programmes d’aide d’urgence et le Groupe des orientations opérationnelles et de la mobilisation), notamment en concevant, en élaborant et en négociant le contenu des documents stratégiques, des plans d’action et des outils de direction, en écoutant et en tenant compte des observations des partenaires, de manière à produire des documents réunissant un consensus ;
-créer, approfondir et entretenir des partenariats fructueux avec des membres de haut-niveau du Comité permanent interorganisations.

2)Encadrer et diriger l’exécution des plans d’action du Comité permanent interorganisations en gérant la Section du renforcement de la direction de l’action humanitaire, y compris son budget et la performance de son personnel ; en collaboration avec le(la) Directeur(trice) du Service, mobiliser des fonds pour le Groupe auprès des gouvernements donateurs ; plus particulièrement, prêter main forte à la conceptualisation et à la mise en œuvre de la stratégie de gestion des talents interorganisations, notamment en utilisant le fichier de la coordination humanitaire et la filière de sélection des candidats aux postes de coordonnateur résident et de coordonnateur des opérations humanitaires, afin de préparer des candidats talentueux pour le Centre d’évaluation des coordonnateurs résidents ; conseiller le (la) Directeur(trice) du Service sur la manière de surmonter les obstacles qui se posent dans l’exécution des plans d’action ;

3)Créer, approfondir et entretenir des partenariats fructueux autour des questions de direction avec un large éventail de parties prenantes de haut niveau (au sein du Bureau de la coordination des affaires humanitaires, d’organisations non gouvernementales, des États Membres, d’entités des Nations Unies telles que le Bureau de la coordination des activités de développement, le Département des affaires politiques et de la consolidation de la paix et le Département des opérations de paix, le Cabinet du Secrétaire général, l’École des cadres du système des Nations Unies, etc. dont la participation active est nécessaire à l’exécution des plans d’action ; suivre les progrès du Comité permanent interorganisations dans l’exécution des plans d’action et proposer des mesures correctives si nécessaire.
-Assurer un dialogue stratégique avec le Bureau de la coordination des activités de développement afin de garantir la rationalisation et la cohérence des efforts en matière de direction humanitaire, notamment la prospection de talents, le renforcement des compétences d’encadrement, les désignations de coordonnateurs résidents et de coordonnateurs des opérations humanitaires et, entre autres, la gestion des connaissances et les évaluations.
-Assurer un dialogue et une collaboration systématiques avec les partenaires du Service d’appui interorganisations et du Comité permanent interorganisations afin de développer le soutien apporté aux coordonnateurs résidents et aux coordonnateurs de l’action humanitaire et de le rendre plus cohérent, notamment en ce qui concerne la protection, la violence fondée sur le genre, l’exploitation et les atteintes sexuelles et la responsabilité à l’égard des populations touchées.

4)Élaborer, sur la base de consultations, des documents d’orientation sur les principales questions normatives relatives à la direction de la coordination humanitaire et s’assurer de leur approbation par le Comité permanent interorganisations, en assurant la liaison avec les coordonnateurs résidents et les coordonnateurs des opérations humanitaires ainsi que d’autres parties prenantes de haut niveau et en les écoutant pour connaître leur point de vue.

Compétences

PROFESSIONNALISME : Capacité à démontrer une connaissance approfondie des principes humanitaires et des questions de coordination (y compris avec les organisations non gouvernementales, les organisations internationales, les donateurs et les autres entités des Nations Unies). Capacité à établir et à entretenir des relations de travail efficaces avec les institutions des Nations Unies, les organisations non gouvernementales et les organisations internationales, y compris à un niveau élevé, et à diriger les efforts interinstitutions et interdépartementaux, au Siège comme sur le terrain. Aptitude à rédiger des rapports et d’autres documents sur des questions techniques ainsi qu’à réviser les travaux d’autres personnes.

Aptitude à appliquer les règles, règlements, politiques et directives de l’Organisation dans la pratique. Tirer fierté de son travail et de ses réalisations ; faire preuve de compétence professionnelle et de maîtrise du sujet ; apporter à l’exécution de ses tâches la conscience et le souci d’efficacité voulus pour être en mesure d’honorer les engagements contractés, de tenir les délais impartis et d’obtenir les résultats escomptés ; agir pour des motifs professionnels plutôt que personnels ; persévérer face aux obstacles et aux difficultés ; garder son calme dans les situations de crise ; aptitude à travailler sous pression. Prendre la responsabilité de tenir compte des questions de genre et d’assurer l’égale participation des femmes et des hommes dans toutes les activités.

SENS DES RESPONSABILITÉS : Assumer toutes ses responsabilités et honorer ses engagements ; livrer les produits dont on a la responsabilité dans les délais et au coût prévus, en se tenant aux normes de qualité ; se conformer aux règles et procédures de l’Organisation ; soutenir ses subordonnés, les encadrer et assumer la responsabilité des tâches qui leur sont déléguées ; prendre personnellement la responsabilité de ses propres erreurs et, le cas échéant, de celles de son service.

APTITUDE À PLANIFIER ET À ORGANISER : Définir clairement des buts compatibles avec les stratégies convenues ; hiérarchiser les activités et tâches prioritaires ; modifier les priorités en fonction des besoins ; prévoir suffisamment de temps et de ressources pour mener sa tâche à bien ; tenir compte des risques et des imprévus dans la planification ; suivre l’exécution des plans et les modifier s’il y a lieu ; tirer le meilleur parti du temps dont on dispose.

QUALITÉS DE CHEF : Servir de modèle à son entourage. Armer chacun des membres de son équipe des atouts nécessaires pour atteindre les objectifs visés. S’employer avec dynamisme à mettre au point les stratégies opérationnelles requises. Établir et entretenir des relations très diverses afin de comprendre les besoins et de s’assurer des appuis. Prévoir les conflits et s’efforcer de les résoudre à l’amiable. S’investir dans le changement et le progrès ; ne pas se cantonner dans le statu quo. Avoir le courage de prendre des positions impopulaires.

SUIVI DU COMPORTEMENT PROFESSIONNEL : Déléguer les pouvoirs, l’autorité et la compétence requis à ses subordonnés. Veiller à ce que les rôles, les responsabilités et la chaîne hiérarchique soient clairs pour tous. Estimer avec précision le temps et les ressources nécessaires pour accomplir une tâche et tirer le meilleur parti des compétences. Suivre l’avancement du travail au regard des échéances. S’entretenir régulièrement avec ses subordonnés des résultats qu’ils obtiennent, leur faire savoir comment leur apport est perçu et leur donner les conseils nécessaires. Encourager le risque et soutenir la créativité et l’initiative. Appuyer activement les aspirations professionnelles de ses collaborateurs. Faire preuve de justice dans la notation.

Formation

Diplôme universitaire du niveau du master ou du doctorat dans l’un des domaines suivants ou dans une discipline apparentée : sciences politiques, sciences sociales, administration publique, études internationales, économie, ingénierie ou sciences de la Terre est requis. À défaut, diplôme universitaire du premier cycle assorti de deux années supplémentaires d’expérience pertinente.

Expérience professionnelle

Au moins dix ans d’expérience professionnelle, à des niveaux de responsabilité de plus en plus élevés, dans les domaines des affaires humanitaires, de la préparation aux situations d’urgence, de la gestion des secours dans des situations de crise ou d’urgence, du relèvement ou du développement, ou dans un domaine connexe est requise.
Expérience d’au moins quatre (4) ans d’expérience sur le terrain au cours des dix dernières années est souhaitable.
Expérience de la relation avec les gouvernements et la communauté des donateurs est requise.
Expérience pertinente en matière de coordination et de gestion dans des situations d’urgence humanitaire est requise.
Expérience de travail dans un environnement interinstitutionnel sur le terrain et au niveau du siège est requise.
Expérience dans le système des Nations Unies ou dans une organisation internationale comparable est requise.
Expérience de collaboration directe avec de hauts dirigeants est requise.

Connaissances linguistiques

L’anglais et le français sont les langues de travail du Secrétariat de l’ONU. Pour le poste à pourvoir, la maîtrise de l’anglais est exigée. La connaissance du français est souhaitable.

Méthode d'évaluation

Les candidat(e)s qualifié(e)s pourront être invité(e)s à participer à une évaluation puis, éventuellement, à un entretien axé sur les compétences.

Notice spéciale

La durée de l’affectation au poste de Chef de section, à la Section du renforcement de la direction de l’action humanitaire du Bureau de la coordination des affaires humanitaires à Genève [poste 30517750], sera d’une durée initiale d’un an. En cas de prolongation, la durée totale de la mission ne peut dépasser une période maximale de quatre ans.

Les fonctionnaires sont soumis(es) à l’autorité du Secrétaire général, qui décide de leur affectation. Au fil de leur carrière, ils (elles) sont censé(e)s changer de fonctions périodiquement, conformément aux règles et procédures en vigueur.

Le Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies tenant à ce que son personnel comprenne autant de femmes que d’hommes, les candidatures de femmes sont fortement encouragées.

Des antécédents impeccables du point de vue de l’intégrité et du respect des règles déontologiques sont indispensables.

Pour pouvoir poser leur candidature, les fonctionnaires du Secrétariat doivent avoir à leur actif le nombre requis de mutations latérales, lesquelles seront indiquées dans la notice personnelle et la lettre de couverture.

Charte des Nations Unies

Aux termes du paragraphe 3 de l’Article 101 de la Charte des Nations Unies, la considération dominante dans le recrutement du personnel doit être la nécessité d’assurer à l’Organisation les services de personnes possédant les plus hautes qualités de travail, de compétence et d’intégrité. Ne seront pas retenues les candidatures des personnes qui ont commis des violations du droit international des droits de l’homme, des violations du droit international humanitaire, des actes d’exploitation, d’atteintes ou de harcèlement sexuels, ou au sujet desquelles il existe des raisons plausibles de croire qu’elles ont été impliquées dans la commission de tels actes. L’expression « exploitation sexuelle » désigne le fait d’abuser ou de tenter d’abuser d’un état de vulnérabilité, d’un rapport de force inégal ou de rapports de confiance à des fins sexuelles, y compris mais non exclusivement en vue d’en tirer un avantage pécuniaire, social ou politique. On entend par « atteinte sexuelle » toute atteinte physique de nature sexuelle commise par la force, sous la contrainte ou à la faveur d’un rapport inégal, ou la menace d’une telle atteinte. Le harcèlement sexuel s'entend de tout comportement déplacé à connotation sexuelle raisonnablement propre ou de nature à choquer ou humilier, lorsqu'il entrave la bonne marche du service, est présenté comme une condition d'emploi ou crée au lieu de travail un climat d'intimidation, d'hostilité ou de vexation, et lorsque ce comportement est assez grave pour justifier le licenciement de son auteur. La candidature de personnes qui ont commis des infractions autres que des infractions mineures au code de la route ne sera pas retenue.

Sera dûment prise en considération l'importance d'un recrutement effectué sur une base géographique aussi large que possible. Aucune restriction ne sera imposée par l'Organisation à l'accès des hommes et des femmes, dans des conditions égales, à toutes les fonctions, dans ses organes principaux et subsidiaires. Le Secrétariat de l'Organisation des Nations Unies est un espace non-fumeurs.

La considération dominante dans l’engagement, la mutation ou la promotion du personnel est la nécessité de s’assurer les services de personnes possédant les plus hautes qualités de travail, de compétence et d’intégrité. En acceptant une offre d’engagement, les membres du personnel sont soumis(es) à l’autorité du Secrétaire général, qui peut leur assigner l’une quelconque des tâches ou l’un quelconque des postes de l’Organisation des Nations Unies, conformément à l’alinéa c) de l’article 1.2 du Statut du personnel. Dans ce contexte, tous les membres du personnel recrutés sur le plan international sont tenus de changer de fonctions périodiquement à l’intérieur d’un même lieu d’affectation ou dans un autre lieu d’affectation, dans les conditions fixées par le Secrétaire général.

Les candidats sont invités à respecter scrupuleusement toutes les instructions disponibles sur la plateforme de recrutement en ligne Inspira. Pour des informations plus détaillées, ils ou elles peuvent consulter le manuel d'instructions pour le candidat, en cliquant sur le lien hypertexte « Manuels » sur le côté supérieur droit de la page d'accueil de leur compte Inspira.

Les candidatures feront l'objet d'une évaluation et d'un examen préalables sur la base des informations soumises conformément aux critères d'évaluation de l'avis de vacance de poste et aux dispositions législatives internes applicables de l'Organisation des Nations Unies, notamment la Charte des Nations Unies, les résolutions de l'Assemblée générale, le Statut et le Règlement du personnel, les textes administratives et les directives. Les candidats doivent fournir des informations exhaustives et précises conformément aux instructions fournies sur la plateforme Inspira. Une fois la candidature envoyée, aucune modification, suppression ou révision, ni aucun ajout ou changement ne pourra être fait. Il sera procédé à une vérification des références des candidats faisant l'objet d'une attention particulière pour s'assurer de l'exactitude des renseignements qu’ils ont fournis dans leur candidature.

Les avis de vacance de postes publiés sur le Portail des carrières sont retirés à 11:59 p.m. (heure de New York), le jour de la date limite de dépôt des candidatures.

Aucun frais de dossier

L’ONU NE PERÇOIT DE FRAIS À AUCUN STADE DU RECRUTEMENT (DÉPÔT OU TRAITEMENT DE LA CANDIDATURE, ENTRETIEN, FORMATION, ETC.), ET ELLE NE DEMANDE AUCUNE INFORMATION BANCAIRE.

Désolé, cet appel à candidature n'est plus disponible.
partager
Accueil | Confidentialite | Plan du site | Courriers frauduleux | Contactez-nous
Copyright 2021 United Nations. All rights reserved