vacance de poste

Intitulé publication: HUMANITARIAN AFFAIRS OFFICER, P4
Intitulé code d’emploi: Spécialiste des affaires humanitaires
Département / Bureau: Bureau de la coordination des affaires humanitaires
Lieu d'affectation: ADEN
Période de candidature: 05 octobre 2021 - 19 octobre 2021
No de l’appel á candidature: 21-Humanitarian Affairs-OCHA-165535-R-Aden (X)
Staffing Exercise N/A
Valeurs fondamentales de l'ONU: intégrité, professionnalisme, respect de la diversité
Désolé, cet appel à candidature n'est plus disponible.
Cadre organisationnel

Ce poste est à pourvoir à la Division des opérations et de la mobilisation du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (BCAH), qui est le service du secrétariat de l’ONU chargé de rassembler les acteurs humanitaires afin d’assurer des interventions cohérentes en cas d’urgence. Le BCAH veille également à la mise en place d’un cadre permettant à chaque acteur de contribuer aux efforts d’intervention généraux. Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires a pour mission de mobiliser et de coordonner une action humanitaire efficace en partenariat avec les acteurs nationaux et internationaux afin de soulager la souffrance humaine en cas de catastrophes et d’urgences ; de promouvoir les droits des populations dans le besoin ; de promouvoir la préparation aux situations d’urgence et la prévention de ces situations et de faciliter des solutions durables.

Le poste est basé à Aden, au Yemen; le (la) titulaire relève du (de la) Chef du Bureau BCAH au Yemen par l'intermédiaire du chef du sous-bureau d'Aden basé à Aden. .

Responsabilités

Dans les limites des pouvoirs qui lui sont délégués, le (la) titulaire s’acquitte des fonctions ci-après :

1. Conseiller en matière de coordination civilo-militaire des activités humanitaires :

a) En qualité de spécialiste des affaires humanitaires/coordination civilo-militaire des activités humanitaires des Nations Unies et de conseiller(ère) du (de la) Coordonnateur(trice) des opérations humanitaires en matière de relations entre civils et militaires, établir les liens nécessaires avec les cadres militaires des forces militaires internationales et nationales, avec les officiers de liaison et avec le personnel des organismes des Nations Unies, y compris tout personnel civil concerné de la mission et personnel chargé de la coordination civilo-militaire pour le compte d’ONG compétentes au niveau national, infranational et régional.
b) Suivre, analyser les activités et les changements majeurs et en faire rapport ; identifier et suivre les conflits éventuels ou réels entre les acteurs humanitaires et les forces militaires.
c) Assurer les fonctions de coordonnateur(trice) principal(e) pour toutes les questions, y compris en ce qui concerne la politique relative à la coordination civilo-militaire, en étroite concertation avec le(la) chef du BCAH au Yemen ou le(la) Coordinateur(trice) des opérations humanitaires.
d) Établir des politiques, exposés de principes et rapports sur les questions de coordination civilo-militaire qui seront présentés à divers organismes des Nations Unies et aux membres du Comité permanent interorganisations, ou concourir à leur établissement. Concourir à l’établissement de rapports réguliers sur des questions de coordination civilo-militaire.

2. Politiques et mobilisation :

a) Diriger, s’il y a lieu, l’élaboration de directives spécifiques à chaque pays concernant les relations civilo-militaires, en s’appuyant sur les documents intitulés « Directives sur l’utilisation des ressources militaires et de protection civile étrangères dans le cadre des opérations de secours en cas de catastrophe », et « Directives sur l’utilisation des ressources militaires et de la protection civile dans le cadre des situations d’urgence complexes », sur le document de référence du Comité permanent interorganisations sur les relations civilo-militaires dans les situations d’urgence complexes, sur le document d’analyse du Comité permanent interorganisations et les directives non contraignantes relatives à l’utilisation d’escortes militaires ou armées pour les convois humanitaires, ainsi que sur toute résolution pertinente du Conseil de sécurité et d’autres instruments pertinents.
b) Veiller à ce que les directives spécifiques à chaque pays et les directives à caractère général susmentionnées soient correctement diffusées et comprises tant par les acteurs humanitaires que par les forces militaires, et les acteurs locaux, selon que de besoin. Promouvoir et garantir le respect des directives susmentionnées au sein de l’ensemble de la communauté humanitaire et fournir des informations sur les conséquences éventuelles en cas du non-respect de celles-ci.
c) Organiser des ateliers sur les relations civilo-militaires en collaboration avec les acteurs humanitaires et les forces militaires intéressés, en préconisant le respect des directives et principes applicables, et en mettant l’accent sur des exemples positifs en vue de contribuer aux bonnes relations de travail entre les membres concernés des forces militaires internationales et ceux du Comité permanent interorganisations.
d) Plaider pour la promulgation des concepts, principes, et activités de coordination civilo-militaire des Nations Unies, pour la promotion et la protection des principes humanitaires, et pour la diffusion des directives ayant trait à la coordination civilo-militaire des activités humanitaires des Nations Unies.

3. Établir et entretenir un réseau de coordination civilo-militaire des activités humanitaires des Nations Unies :

a) Établir et entretenir le dialogue et la coordination avec les forces militaires et de sécurité dans la zone dont il a la charge au niveau national, infranational et régional. Établir et entretenir le dialogue avec les interlocuteurs militaires concernés, en particulier avec les forces militaires déployées au niveau international ; veiller à l’échange mutuel d’informations relatives aux questions et aux activités humanitaires en cours. Conseiller les forces militaires affectées dans la zone dont il a la charge sur les mécanismes internationaux de coordination humanitaire. Ces mécanismes peuvent renvoyer à l’Équipe de pays des Nations Unies, à l’Équipe de coordination du dispositif de sécurité ou l’Équipe des Nations Unies pour la gestion des catastrophes, aux groupes d’aide humanitaire, etc.
b) Parallèlement, établir et entretenir des relations avec les acteurs humanitaires se trouvant dans la zone dont il a la charge ; canaliser les informations vers les acteurs humanitaires et défendre leurs intérêts auprès des organisations militaires et paramilitaires concernées.
c) Diriger des groupes de travail, des réunions et des consultations avec les autres organismes de l’ONU et les partenaires humanitaires, ou y participer ; organiser des réunions avec les chefs des institutions et autres entités concernées sur les questions de coordination civilo-militaire des activités humanitaires des Nations Unies.
d) Élaborer et maintenir, s’il y a lieu, un forum d’échange d’informations sur les relations civilo-militaires à l’intention des parties prenantes et des parties intéressées ; participer aux réunions pertinentes.

4. Établir et entretenir un réseau de coordination civilo-militaire des activités humanitaires des Nations Unies :

a) Établir et entretenir le dialogue et la coordination avec les forces militaires et de sécurité dans la zone dont il a la charge au niveau national, infranational et régional. Établir et entretenir le dialogue avec les interlocuteurs militaires concernés, en particulier avec les forces militaires déployées au niveau international ; veiller à l’échange mutuel d’informations relatives aux questions et aux activités humanitaires en cours. Conseiller les forces militaires affectées dans la zone dont il a la charge sur les mécanismes internationaux de coordination humanitaire. Ces mécanismes peuvent renvoyer à l’Équipe de pays des Nations Unies, à l’Équipe de coordination du dispositif de sécurité ou l’Équipe des Nations Unies pour la gestion des catastrophes, aux groupes d’aide humanitaire, etc.
b) Parallèlement, établir et entretenir des relations avec les acteurs humanitaires se trouvant dans la zone dont il a la charge ; canaliser les informations vers les acteurs humanitaires et défendre leurs intérêts auprès des organisations militaires et paramilitaires concernées.
c) Diriger des groupes de travail, des réunions et des consultations avec les autres organismes de l’ONU et les partenaires humanitaires, ou y participer ; organiser des réunions avec les chefs des institutions et autres entités concernées sur les questions de coordination civilo-militaire des activités humanitaires des Nations Unies.
d) Élaborer et maintenir, s’il y a lieu, un forum d’échange d’informations sur les relations civilo-militaires à l’intention des parties prenantes et des parties intéressées ; participer aux réunions pertinentes.

5. Autres tâches :

a) Assurer le rôle de Coordonnateur(trice) de la sécurité du Bureau de la Coordination des affaires humanitaires dans le pays, établir et entretenir le contact avec le système de gestion de la sécurité du pays selon qu’il convient.
b) S’acquitter d’autres tâches qui pourraient lui être confiées.

Compétences

Professionnalisme :
Tirer fierté de son travail et de ses réalisations. Faire preuve de compétence professionnelle et de maîtrise du Sujet. Apporter à l’exécution de ses tâches la conscience et le souci d’efficacité voulus pour être en mesure d’honorer Les engagements contractés, de tenir les délais impartis et d’obtenir les résultats escomptés. Agir pour des motifs professionnels plutôt que personnels. Persévérer face aux obstacles et aux difficultés. Garder son calme dans les situations de crise.Prendre la responsabilité de transversaliser la problématique hommes-femmes et d’assurer l’égale participation des femmes et des hommes dans toutes les activités.

Souci du client :
Considérer tous ceux auxquels est assurée la prestation de services comme des « clients » et chercher à voir les choses de leur point de vue. Etablir et maintenir des partenariats productifs avec les clients en gagnant leur confiance et leur respect. Discerner les besoins des clients et trouver les moyens d’y répondre. Suivre l’évolution de la situation des clients, sur les plans tant intérieur qu’extérieur, afin de pouvoir devancer les problèmes. Tenir les clients informés de l’avancement des projets. Tenir les délais pour la livraison des produits ou la prestation des services.

Aptitude à planifier et à organiser :
Définir clairement des buts compatibles avec les stratégies convenues. Hiérarchiser les activités et tâches prioritaires; modifier
les priorités en fonction des besoins. Prévoir suffisamment de temps et de ressources pour mener sa tâche à bien. Tenir compte des risques et des imprévus dans la planification. Suivre l’exécution des plans et les modifier s’il y a lieu. Tirer le meilleur parti du temps dont on dispose

Esprit d’équipe :
Collaborer avec ses collègues afin d’atteindre les objectifs de l’Organisation. Solliciter les apports, apprécier à leur juste valeur les idées et la compétence de chacun et être prêt à apprendre de lui. Faire passer l’intérêt de l’équipe avant son avantage personnel. Accepter les décisions finales du groupe et s’y plier, même si elles ne cadrent pas parfaitement avec sa position propre. Partager les réussites de l’équipe et assumer sa part de responsabilité dans ses échecs.

Formation

Diplôme universitaire du niveau du master dans le domaine des sciences politiques, des sciences sociales, des études internationales, de l’administration publique, de l’économie, de l’ingénierie, des sciences de la terre ou dans une discipline apparentée. À défaut, un diplôme universitaire de premier cycle assorti de deux années supplémentaires d’expérience pertinente.

Expérience professionnelle

Au moins sept (7) années d’expérience professionnelle, à des niveaux de responsabilité de plus en plus élevés, dans les affaires humanitaires, la préparation aux situations d’urgence, la gestion des secours en cas de crise ou d’urgence ou dans un domaine connexe est requise.

Une expérience acquise auprès du BCAH, une expérience de la coordination civilo-militaire ou une expérience acquise au sein de forces militaires intervenant dans des opérations d’aide humanitaire est souhaitable

Une expérience de terrain relative aux affaires humanitaires (sur le site d’une mission ou d’un projet) acquise dans des situations d’urgence (situation d’urgence complexe ou catastrophe naturelle) est souhaitable.

Une expérience acquise au sein d’un organisme appliquant le régime commun des Nations Unies est également souhaitable.

Une expérience dans la région est souhaitable.

Connaissances linguistiques

L’anglais et le français sont les langues de travail du Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies. Pour le poste faisant l’objet du présent avis, la maîtrise de l’anglais est indispensable. La connaissance de l'Arabe est souhaitable.

Méthode d'évaluation

Les candidat(e)s qualifié(e)s pourront être invités à participer à une évaluation, puis, éventuellement, à un entretien axé sur les compétences.

Notice spéciale

Ce poste est financé pour une durée limitée d’un an. Ils pourront être prolongés si le mandat des bureaux sont prorogés et si les fonds nécessaires sont disponibles. Veuillez noter que la nomination/l'affectation du candidat retenu sera soumise à la délivrance d'un visa.

Les fonctionnaires sont soumis(es) à l’autorité du (de la) Secrétaire général(e), qui décide de leur affectation. Au fil de leur carrière, ils (elles) sont censé(e)s changer de fonctions périodiquement, conformément aux règles et procédures en vigueur.

Le Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies tenant à ce que son personnel comprenne autant de femmes que d’hommes, les candidatures de femmes sont fortement encouragées.

Des antécédents impeccables du point de vue de l’intégrité et du respect des règles déontologiques sont indispensables.

Les candidats externes (y compris les personnes nommées sous « Temporary Appointee » ou engagement temporairement par OCHA et le personnel national de terrain d'OCHA) qui sont sélectionnés pour un poste dans les lieux d'affectation sur le terrain peuvent être stratégiquement placés sur un engagement à durée déterminée limité « FTA limited » à un poste spécifique ou à un bureau de pays spécifique conformément au paragraphe 2.2 (b) de l'instruction administrative ST/AI/2013/1 sur l'administration des engagements à durée déterminée qui prévoit qu'un FTA peut être accordé aux personnes qui sont "(b) Sélectionnées mais non examinées par un organe de révision du Secrétariat pour des engagements limités à des entités spécifiques".

Charte des Nations Unies

Aux termes du paragraphe 3 de l’Article 101 de la Charte des Nations Unies, la considération dominante dans le recrutement du personnel doit être la nécessité d’assurer à l’Organisation les services de personnes possédant les plus hautes qualités de travail, de compétence et d’intégrité. Ne seront pas retenues les candidatures des personnes qui ont commis des violations du droit international des droits de l’homme, des violations du droit international humanitaire, des actes d’exploitation, d’atteintes ou de harcèlement sexuels, ou au sujet desquelles il existe des raisons plausibles de croire qu’elles ont été impliquées dans la commission de tels actes. L’expression « exploitation sexuelle » désigne le fait d’abuser ou de tenter d’abuser d’un état de vulnérabilité, d’un rapport de force inégal ou de rapports de confiance à des fins sexuelles, y compris mais non exclusivement en vue d’en tirer un avantage pécuniaire, social ou politique. On entend par « atteinte sexuelle » toute atteinte physique de nature sexuelle commise par la force, sous la contrainte ou à la faveur d’un rapport inégal, ou la menace d’une telle atteinte. Le harcèlement sexuel s'entend de tout comportement déplacé à connotation sexuelle raisonnablement propre ou de nature à choquer ou humilier, lorsqu'il entrave la bonne marche du service, est présenté comme une condition d'emploi ou crée au lieu de travail un climat d'intimidation, d'hostilité ou de vexation, et lorsque ce comportement est assez grave pour justifier le licenciement de son auteur. La candidature de personnes qui ont commis des infractions autres que des infractions mineures au code de la route ne sera pas retenue.

Sera dûment prise en considération l'importance d'un recrutement effectué sur une base géographique aussi large que possible. Aucune restriction ne sera imposée par l'Organisation à l'accès des hommes et des femmes, dans des conditions égales, à toutes les fonctions, dans ses organes principaux et subsidiaires. Le Secrétariat de l'Organisation des Nations Unies est un espace non-fumeurs.

La considération dominante dans l’engagement, la mutation ou la promotion du personnel est la nécessité de s’assurer les services de personnes possédant les plus hautes qualités de travail, de compétence et d’intégrité. En acceptant une offre d’engagement, les membres du personnel sont soumis(es) à l’autorité du Secrétaire général, qui peut leur assigner l’une quelconque des tâches ou l’un quelconque des postes de l’Organisation des Nations Unies, conformément à l’alinéa c) de l’article 1.2 du Statut du personnel. Dans ce contexte, tous les membres du personnel recrutés sur le plan international sont tenus de changer de fonctions périodiquement à l’intérieur d’un même lieu d’affectation ou dans un autre lieu d’affectation, dans les conditions fixées par le Secrétaire général.

Les candidats sont invités à respecter scrupuleusement toutes les instructions disponibles sur la plateforme de recrutement en ligne Inspira. Pour des informations plus détaillées, ils ou elles peuvent consulter le manuel d'instructions pour le candidat, en cliquant sur le lien hypertexte « Manuels » sur le côté supérieur droit de la page d'accueil de leur compte Inspira.

Les candidatures feront l'objet d'une évaluation et d'un examen préalables sur la base des informations soumises conformément aux critères d'évaluation de l'avis de vacance de poste et aux dispositions législatives internes applicables de l'Organisation des Nations Unies, notamment la Charte des Nations Unies, les résolutions de l'Assemblée générale, le Statut et le Règlement du personnel, les textes administratives et les directives. Les candidats doivent fournir des informations exhaustives et précises conformément aux instructions fournies sur la plateforme Inspira. Une fois la candidature envoyée, aucune modification, suppression ou révision, ni aucun ajout ou changement ne pourra être fait. Il sera procédé à une vérification des références des candidats faisant l'objet d'une attention particulière pour s'assurer de l'exactitude des renseignements qu’ils ont fournis dans leur candidature.

Les avis de vacance de postes publiés sur le Portail des carrières sont retirés à 11:59 p.m. (heure de New York), le jour de la date limite de dépôt des candidatures.

Aucun frais de dossier

L’ONU NE PERÇOIT DE FRAIS À AUCUN STADE DU RECRUTEMENT (DÉPÔT OU TRAITEMENT DE LA CANDIDATURE, ENTRETIEN, FORMATION, ETC.), ET ELLE NE DEMANDE AUCUNE INFORMATION BANCAIRE.

Désolé, cet appel à candidature n'est plus disponible.
partager
Accueil | Confidentialite | Plan du site | Courriers frauduleux | Contactez-nous
Copyright 2021 United Nations. All rights reserved