vacance de poste

Intitulé publication: CRIME PREVENTION AND CRIMINAL JUSTICE OFFICER, P4
Intitulé code d’emploi: Spécialiste de la prévention du crime et de la justice pénale
Département / Bureau: Office des Nations Unies contre la drogue et le crime
Lieu d'affectation: ABIDJAN
Période de candidature: 21 septembre 2022 - 05 octobre 2022
No de l’appel á candidature: 22-Drug Control and Crime Prevent-UNODC-190726-F-Abidjan (E)
Staffing Exercise N/A
Valeurs fondamentales de l'ONU: intégrité, professionnalisme, respect de la diversité
Désolé, cet appel à candidature n'est plus disponible.
Cadre organisationnel

Le poste est à pourvoir au Programme mondial de lutte contre la criminalité maritime à Abidjan, au Bureau de programme en Côte d’Ivoire, qui relève du Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, lui-même subordonné à la Division des opérations de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC). Le Programme mondial de lutte contre la criminalité maritime dépend du Service de la gestion des frontières, qui est rattaché à la Division des opérations de l’ONUDC. La personne titulaire travaille sous l’autorité générale du (de la) Représentant(e) de l’ONUDC au Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre et sous la supervision directe de l’Administrateur(trice) de programme (hors classe), qui dirige le Programme mondial de lutte contre la criminalité maritime.

Pour plus d’informations sur l’ONUDC, veuillez consulter notre site Web : www.unodc.org.

Responsabilités

Dans les limites des pouvoirs qui lui sont délégués, le (la) Coordonnateur(trice) de programme (Programme mondial de lutte contre la criminalité maritime, océan Atlantique) s’acquitte des tâches suivantes :

• Agir en qualité de Coordonnateur(trice) de programme (Programme mondial de lutte contre la criminalité maritime, océan Atlantique) pour les activités relevant du Programme mondial de lutte contre la criminalité maritime (océan Atlantique), y compris dans le cadre du programme GLOW63, en ce qui concerne la coordination du programme SWAIMS de renforcement des systèmes de justice pénale en Afrique de l’Ouest et du Centre financé par l’Union européenne (UE) dans la région de la CEDEAO, du programme PASSMAR d’appui à la stratégie de sûreté et de sécurité maritimes en Afrique centrale financé par l’UE dans la région de la CEEAC, ainsi que de tout autre sous-programme exécuté dans le cadre du programme GLOX99 et qui relève du portefeuille de l’océan Atlantique. Réunir des éléments pour les budgets, les paramètres et indicateurs de performance et les rapports sur l’exécution du programme, ainsi que des éléments pour la budgétisation et la gestion axées sur les résultats. Gérer les ressources humaines et financières accordées au Programme mondial de lutte contre la criminalité maritime en assurant la coordination des activités et l’encadrement du personnel affecté. Mener les tâches programmatiques et administratives nécessaires à l’obtention des résultats escomptés ;
• Exécuter, coordonner et gérer les activités du Programme mondial de lutte contre la criminalité maritime (océan Atlantique), conformément aux descriptifs de projets approuvés et éventuellement révisés, aux accords en vigueur concernant les contributions et le financement par les donateurs, aux politiques, au Règlement financier et aux règles de gestion financière en vigueur, ainsi qu’aux plans de travail chiffrés ;
• Gérer et coordonner le personnel affecté au programme participant à la mise en œuvre de certains des éléments des activités prévues au titre du Programme mondial de lutte contre la criminalité maritime (océan Atlantique) ;
• Élaborer des initiatives de lutte contre la criminalité maritime en Afrique de l’Ouest, dans la région du golfe de Guinée, y compris des missions d’évaluation, en liaison avec différents interlocuteurs et en partenariat avec la communauté des donateurs ;
• Fournir une assistance technique et des conseils aux États d’Afrique centrale et d’Afrique de l’Ouest sur les aspects et cadres juridiques liés à la lutte contre la criminalité en mer, conformément aux principaux instruments internationaux, notamment la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer et la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée ;
• Superviser les dépenses du projet et l’utilisation des fonds liés au Programme mondial de lutte contre la criminalité maritime (océan Atlantique) et veiller au respect du Règlement financier et des règles de gestion financière de l’ONU ; apporter des modifications aux projets ou aux budgets, au besoin. Faire office d’administrateur(trice) technique principal(e) pour l’élaboration et la diffusion de plans de travail chiffrés, de cahiers des charges et d’autres documents relatifs au projet ;
• Cerner les besoins en assistance technique aux fins du développement des capacités et concevoir des stratégies viables en vue de réformer les systèmes de justice pénale de la région et de renforcer les capacités dont ils disposent pour répondre aux actes de piraterie et aux autres actes de criminalité maritime, et engager des poursuites ;
• Recenser les besoins en matière d’achats (biens et services) et appuyer le cycle d’acquisition dans son intégralité ;
• Identifier et appuyer les engagements stratégiques en faveur des partenaires nationaux et régionaux qui favorisent des réponses fermes à la criminalité maritimes et la sécurité ;
• Encadrer et guider les consultantes et consultants externes et interagir avec les fonctionnaires locaux et d’autres acteurs pour assurer la bonne exécution du Programme. Faire connaître les résultats des projets et cerner les domaines dans lesquels une nouvelle assistance pourrait être apportée ;
• Assurer la liaison avec les délégations de l’UE dans la région, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), ainsi qu’avec d’autres parties prenantes importantes pour les programmes financés par l’UE relevant du portefeuille de l’océan Atlantique, et veiller à ce que l’UE soit tenue informée de l’exécution du Programme. Assurer la liaison avec les principaux partenaires de la région, notamment dans le cadre du G7++ Groupe des amis du golfe de Guinée (FoGG) et des missions étrangères ;
• Soutenir le (la) Chef du Bureau de programme en Côte d’Ivoire dans la mise en place des activités du Centre d’excellence d’Abidjan, la collecte de fonds correspondante et la mise en œuvre des activités, notamment celles liées à la criminalité maritime ;
• Soutenir les initiatives du Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre et du Bureau de programme en Côte d’Ivoire, notamment en créant des synergies avec les initiatives de l’ONUDC en matière de détection et de répression dans le cadre de l’élaboration d’évaluations nationales, de la fourniture de conseils techniques et de la conception de nouveaux projets ;
• S’acquitter de toutes autres tâches connexes qui pourraient lui être confiées.

Compétences

Professionnalisme : connaître et comprendre les théories, concepts et approches ayant trait à la lutte contre la criminalité, en particulier maritime. Connaître les mandats de l’ONUDC et avoir des connaissances techniques spécialisées en matière de détection et de répression des infractions au droit maritime, ainsi que dans des domaines connexes. Posséder une connaissance avérée des politiques, procédures et meilleures pratiques en matière d’application du droit maritime. Être capable de cerner les problèmes, de les analyser et de participer à leur résolution. Savoir recueillir des données par diverses méthodes. Posséder, dans le domaine de la conception, de l’analyse et de l’évaluation, les compétences nécessaires pour mener seul des travaux de recherche et d’analyse, en particulier une bonne connaissance et une expérience de l’utilisation de plusieurs sources, notamment électroniques (Internet, intranet et autres bases de données). Savoir faire preuve de discernement dans le cadre des tâches qui lui sont assignées, planifier son travail et gérer des priorités divergentes. Tirer fierté de son travail et de ses réalisations ; faire preuve de compétence professionnelle et de maîtrise du sujet ; apporter à l’exécution de ses tâches la conscience et le souci d’efficacité voulus pour être en mesure d’honorer les engagements contractés, de tenir les délais impartis et d’obtenir les résultats escomptés ; agir pour des motifs professionnels plutôt que personnels ; persévérer face aux obstacles et aux difficultés ; garder son calme dans les situations de crise. Prendre la responsabilité de tenir compte des questions de genre et d’assurer l’égale participation des femmes et des hommes dans toutes les activités.

Aptitude à planifier et à organiser : définir clairement des buts compatibles avec les stratégies convenues ; hiérarchiser les activités et tâches prioritaires ; modifier les priorités en fonction des besoins ; prévoir suffisamment de temps et de ressources pour mener sa tâche à bien ; tenir compte des risques et des imprévus dans la planification ; suivre l’exécution des plans et les modifier s’il y a lieu ; tirer le meilleur parti du temps dont on dispose.

Créativité : s’employer activement à améliorer les programmes ou services ; proposer des solutions novatrices afin de résoudre les problèmes ou de répondre aux besoins des clients ; promouvoir des idées nouvelles et amener autrui à s’y intéresser ; prendre des risques calculés en misant sur des formules qui sortent de l’ordinaire ; oser ne pas suivre les sentiers battus ; s’intéresser aux idées et aux démarches nouvelles ; ne pas être prisonnier des opinions et solutions toutes faites.

Formation

Un diplôme universitaire du niveau du master en droit, en criminologie, en détection et répression, en gestion ou dans une discipline sociale ou politique apparentée avec une spécialisation dans les domaines du droit et des affaires maritimes internationales, de la politique de sécurité maritime ou de la justice pénale dans un contexte maritime, est exigé. À défaut, un diplôme du premier cycle dans un domaine similaire assorti de deux années supplémentaires d’expérience professionnelle pertinente peut être accepté.

Expérience professionnelle

Au moins sept années d’expérience, à des niveaux de responsabilité de plus en plus élevés, dans le domaine de la justice pénale, du droit ou de la détection et de la répression, sont exigées.

Une expérience de la gestion et de la planification de programmes, de l’établissement de budgets de projets et de l’exécution de projets est exigée.

Une expérience professionnelle acquise dans le système des Nations Unies ou une organisation internationale de même type est souhaitable.

Une expérience professionnelle dans le cadre de lutte contre la criminalité maritime est souhaitable.

Connaissances linguistiques

L’anglais et le français sont les langues de travail de l’ONU. Pour ce poste, la maîtrise de l’anglais et du français est exigée. La connaissance d’une autre langue officielle de l’Organisation est un atout.

Méthode d'évaluation

Les personnes déjà inscrites sur la liste de réserve ne font pas l’objet d’une nouvelle évaluation et ne seront donc pas invitées à y participer.

Notice spéciale

Cet avis s’adresse uniquement aux personnes qui sont déjà inscrites sur la liste de réserve et dont le dossier a été examiné par un organe central de contrôle. Ne seront prises en considération que les personnes inscrites sur la liste de réserve qui auront été invitées à postuler. Les personnes susceptibles d’être prises en considération reçoivent un message électronique les invitant à postuler. Les personnes inscrites sur une liste de réserve ne doivent faire acte de candidature que si elles sont intéressées par le poste et disposées à prendre leurs fonctions dans le lieu d’affectation mentionné dans l’avis de vacance. Une personne qui postule est censée accepter le poste qui lui est offert.

Le poste est financé sur un projet ; il ne sera pourvu que si les fonds nécessaires sont disponibles. L’engagement initial sera d’un an, et il ne sera prolongé que si le mandat est prorogé et/ou si les fonds nécessaires sont disponibles.
Pour l’Organisation des Nations Unies, la considération dominante dans le recrutement et l’emploi du personnel est la nécessité de s’assurer les services de personnes possédant les plus hautes qualités de travail, de compétence et d’intégrité, tout en tenant compte de la diversité géographique. Toutes les décisions de recrutement sont prises sur la base des qualifications des candidates et candidats et des besoins de l’Organisation. L’Organisation des Nations Unies s’engage à instaurer un climat où règnent diversité, inclusion et respect mutuel. Elle recrute et emploie des personnes quels que soient leur identité de genre, leur orientation sexuelle, leur race, leur religion, leur origine culturelle ou ethnique ou leur handicap. Des aménagements raisonnables peuvent être prévus pour faciliter la participation des candidates ou candidats handicapé(e)s aux procédures de recrutement lorsque cela est indiqué et demandé dans le dossier de candidature.

Le Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies tient à ce que son personnel comprenne autant de femmes que d’hommes et souhaite que la représentation géographique soit aussi diverse que possible. Les candidatures de femmes sont fortement encouragées.

Abidjan est un lieu d’affectation classé B (famille autorisée).

Charte des Nations Unies

Aux termes du paragraphe 3 de l’Article 101 de la Charte des Nations Unies, la considération dominante dans le recrutement du personnel doit être la nécessité d’assurer à l’Organisation les services de personnes possédant les plus hautes qualités de travail, de compétence et d’intégrité. Ne seront pas retenues les candidatures des personnes qui ont commis des violations du droit international des droits de l’homme, des violations du droit international humanitaire, des actes d’exploitation, d’atteintes ou de harcèlement sexuels, ou au sujet desquelles il existe des raisons plausibles de croire qu’elles ont été impliquées dans la commission de tels actes. L’expression « exploitation sexuelle » désigne le fait d’abuser ou de tenter d’abuser d’un état de vulnérabilité, d’un rapport de force inégal ou de rapports de confiance à des fins sexuelles, y compris mais non exclusivement en vue d’en tirer un avantage pécuniaire, social ou politique. On entend par « atteinte sexuelle » toute atteinte physique de nature sexuelle commise par la force, sous la contrainte ou à la faveur d’un rapport inégal, ou la menace d’une telle atteinte. Le harcèlement sexuel s'entend de tout comportement déplacé à connotation sexuelle raisonnablement propre ou de nature à choquer ou humilier, lorsqu'il entrave la bonne marche du service, est présenté comme une condition d'emploi ou crée au lieu de travail un climat d'intimidation, d'hostilité ou de vexation, et lorsque ce comportement est assez grave pour justifier le licenciement de son auteur. La candidature de personnes qui ont commis des infractions autres que des infractions mineures au code de la route ne sera pas retenue.

Sera dûment prise en considération l'importance d'un recrutement effectué sur une base géographique aussi large que possible. Aucune restriction ne sera imposée par l'Organisation à l'accès des hommes et des femmes, dans des conditions égales, à toutes les fonctions, dans ses organes principaux et subsidiaires. Le Secrétariat de l'Organisation des Nations Unies est un espace non-fumeurs.

La considération dominante dans l’engagement, la mutation ou la promotion du personnel est la nécessité de s’assurer les services de personnes possédant les plus hautes qualités de travail, de compétence et d’intégrité. En acceptant une offre d’engagement, les membres du personnel sont soumis(es) à l’autorité du Secrétaire général, qui peut leur assigner l’une quelconque des tâches ou l’un quelconque des postes de l’Organisation des Nations Unies, conformément à l’alinéa c) de l’article 1.2 du Statut du personnel. Dans ce contexte, tous les membres du personnel recrutés sur le plan international sont tenus de changer de fonctions périodiquement à l’intérieur d’un même lieu d’affectation ou dans un autre lieu d’affectation, dans les conditions fixées par le Secrétaire général.

Les candidats sont invités à respecter scrupuleusement toutes les instructions disponibles sur la plateforme de recrutement en ligne Inspira. Pour des informations plus détaillées, ils ou elles peuvent consulter le manuel d'instructions pour le candidat, en cliquant sur le lien hypertexte « Manuels » sur le côté supérieur droit de la page d'accueil de leur compte Inspira.

Les candidatures feront l'objet d'une évaluation et d'un examen préalables sur la base des informations soumises conformément aux critères d'évaluation de l'avis de vacance de poste et aux dispositions législatives internes applicables de l'Organisation des Nations Unies, notamment la Charte des Nations Unies, les résolutions de l'Assemblée générale, le Statut et le Règlement du personnel, les textes administratives et les directives. Les candidats doivent fournir des informations exhaustives et précises conformément aux instructions fournies sur la plateforme Inspira. Une fois la candidature envoyée, aucune modification, suppression ou révision, ni aucun ajout ou changement ne pourra être fait. Il sera procédé à une vérification des références des candidats faisant l'objet d'une attention particulière pour s'assurer de l'exactitude des renseignements qu’ils ont fournis dans leur candidature.

Les avis de vacance de postes publiés sur le Portail des carrières sont retirés à 11:59 p.m. (heure de New York), le jour de la date limite de dépôt des candidatures.

Aucun frais de dossier

L’ONU NE PERÇOIT DE FRAIS À AUCUN STADE DU RECRUTEMENT (DÉPÔT OU TRAITEMENT DE LA CANDIDATURE, ENTRETIEN, FORMATION, ETC.), ET ELLE NE DEMANDE AUCUNE INFORMATION BANCAIRE.

Désolé, cet appel à candidature n'est plus disponible.
partager
Accueil | Confidentialite | Plan du site | Courriers frauduleux | Contactez-nous
Copyright 2022 United Nations. All rights reserved